Recherche
Se connecter

Laurent Alexandre : "Face à l'IA, fuyez la data"

Publié par le - mis à jour à
Laurent Alexandre : 'Face à l'IA, fuyez la data'

Quel avenir face au développement de l'IA ? Si les postes des marketeurs ne sont pas encore menacés selon Laurent Alexandre, ce n'est pas le cas d'une grande partie de la population. Pour avoir un emploi, il faut alors fuir la data, arme fatale des GAFA et autres BATX.

Abonnez-vous à partir de 16,20€
  • Imprimer

Vous pensiez faire de l'intelligence artificielle ? Vous en êtes loin, sauf à être un GAFA selon le Dr. Laurent Alexandre, fondateur de Doctissimo et futurologue, qui intervenait le 7 novembre dernier en ouverture des CRM Meetings de Cannes. "Vous ne savez rien de moi, lance-t-il d'emblée aux professionnels du marketing et de la relation client venus l'écouter. Chacun de vous a peut-être quelques Mo ou Go de données sur moi, mais Apple en a 3To, Google 10To et Microsoft jusqu'à 30 To !" Or selon lui, il faut au moins 1To de données par client pour commencer à parler de Big Data. "Vous, vous faites dans les kikis data", assène-t-il, afin de faire comprendre à son auditoire qu'en l'état, il ne reste plus qu'à devenir un vassal de Google, Facebook ou Amazon.

Car aujourd'hui, la nouvelle ère du capitalisme, portée par la data, ne laisse aucune place à l'empathie et aux bons sentiments : "J'adorais faire développer mes pellicules et discuter avec les vendeurs Kodak, mais ça n'a pas permis à ce type de marques d'éviter le bouleversement du numérique. Seule l'efficacité compte aujourd'hui, et l'efficacité, elle est du côté des GAFA qui sont en train d'industrialiser le hacking de notre cerveau. Ce sont eux qui développent les applicatifs les plus addictifs, et le neuromarketing est au coeur de leur stratégie. C'est ce qui a permis à ces acteurs de truster le marché de la publicité digitale, mais ça ne va pas s'arrêter là. Récemment, The Economist s'inquiétait qu'avec une simple photo, l'IA puisse connaître votre style de vie, votre orientation sexuelle et jusqu'à votre QI ! En effet, vous n'imaginez pas le nombre de selfies pris dans une situation de danger extrême qui sont diffusés chaque année sur Instagram..."

"L'UE s'est auto-emasculée avec le RGPD"

Mais avant de s'attaquer, grâce à ces nouvelles connaissances, à des marchés comme celui de l'assurance santé, le futurologue pense que les GAFA vont d'abord phagocyter l'ensemble de la chaîne de valeur de l'économie numérique : "Imaginez le jour où les nouvelles générations de cadres, habitués à utiliser les services des GAFA, se verront proposer par Amazon, via AWS, un bon CRM dopé à l'intelligence artificielle. Les GAFA ont déjà le monopole de la relation client en vente simple BtoC, mais ils vont prendre de plus en plus de poids en ventes complexes BtoB ! Et vous ne pouvez pas lutter avec eux : Google verse jusqu'à 100 millions de dollars de bonus à chacun des talents de l'IA que l'entreprise a attiré ou cherche à attirer..."


Alors, quel avenir s'offre aux responsables du marketing et de la relation client, qui écoutent, atterrés, Laurent Alexandre peindre ce futur funeste ? Car il y a un avenir, c'est déjà ça : "L'intelligence artificielle forte, capable de prendre des décisions dans un environnement complexe, ce n'est pas pour tout de suite. Les cadres et les managers vont être de plus en plus irremplaçables. L'IA aujourd'hui, ce n'est que l'analyse de patterns statistiques à grande échelle. Toutes les avancées de l'IA sont data-driven, or il n'y a pas de données sur un grand nombre de problématiques complexes et transverses. Mais ça ne veut pas dire qu'un très grand nombre de tâches ne vont pas être automatisées ces prochaines années." Et cela ne concerne pas que les petits métiers manuels, Laurent Alexandre rappelant que l'IA surpasse déjà les médecins sur la majorité des diagnostics. "Pour être sûr d'avoir un emploi, ne devenez pas data scientist, au contraire, fuyez la data ! Il faut aller sur des métiers ou les IA ne pourront pas prendre le dessus faute de matière à exploiter."

Pour autant, n'allez pas croire que le Dr. Laurent Alexandre est un anti-data. Après avoir dressé une vingtaine de scénarios possibles quant à l'avenir de l'humanité dans un monde data-drivé - chacun plus ou moins réaliste, tous anxiogènes tant les divisions entre les hommes, les entreprises et les pays semblent inévitables, sous fond d'eugénisme, de transhumanisme et d'asservissement - le futurologue, auteur de La Guerre des Intelligences, a poussé en guise de conclusion un cri de rage et d'exaspération envers Bruxelles : "L'UE, c'est le castra de Farinelli, elle s'est auto-emasculée avec le RGPD. Sans data, pas d'IA, et cette réglementation tue tout espoir de voir une économie européenne de l'IA émerger et être susceptible d'exister face aux Etats-Unis et à la Chine. Je l'ai déjà dit, et je le répète, les politiques européens n'ont pas de couilles et ne comprennent rien à la technologie. C'est à vous, professionnels de la data, de vous engager pour faire bouger les choses."

Journaliste tout terrain, je couvre tous les aspects du marketing et plus particulièrement les stratégies des marques. J’aime aussi l’Histoire. Suivez-moi [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

IA

Par La rédaction

L'essor fulgurant des technologies vocales bouleverse l'interface homme-machine. Pour répondre aux nouvelles attentes, les start-up rivalisent [...]