E-marketing.fr Le site des professionnels du marketing

Recherche
Magazine Marketing

Paiement fractionné : quelles attentes du côté des consommateurs ?

Publié par le - mis à jour à

Depuis la crise sanitaire, le paiement fractionné s'installe peu à peu dans nos habitudes, que l'on soit consommateur ou commerçant. Une pratique qui séduit à l'international, en France comme chez nos voisins européens. Décryptage.

  • Imprimer

Un marché foisonnant en Europe

Son utilisation concerne majoritairement le commerce en ligne : selon Younited, un acteur européen du crédit instantané ayant réalisé une étude paneuropéenne dédiée aux enjeux du paiement fractionné, sur l’ensemble des Français ayant déjà eu recours au paiement fractionné, 61% l’ont fait pour des achats en ligne. C'est un peu plus que les Italiens et les Espagnols, qui sont concernés respectivement à 54% et 44%, mais bien moins que les Allemands, qui eux, sont 78% à y avoir eu recours par le biais du e-commerce. On l'aura compris, le paiement fracturé ne séduit donc pas seulement les Français : son succès s'observe partout en Europe, principalement (à 65%) sur des achats inférieurs à 800€. Dans 63% des cas, le remboursement était étalé sur 2 à 4 mensualités.

Pourtant, chez nos voisins européens, les remboursements sont généralement plus longs : 54% des utilisateurs de paiement fractionné allemands et italiens ont étalé leur remboursement sur plus de 7 mensualités. Du côté de l'Espagne et du Portugal, la tendance se chiffre à 49% et 40%. C'est bien au-delà de la proportion atteinte en France, qui est seulement de l'ordre des 22%. De la même manière, la part des achats supérieurs à 800€ est plus élevée à l'étrangers, avec 35% des utilisateurs français contre 40% des utilisateurs espagnols et portugais, 54% des Italiens, ou encore 58% des Allemands. Des chiffres qui se justifient par les nombreux intérêts que présente une période de remboursement plus étendue pour le consommateur français. En effet, si ce n'est pas nécessairement le cas dans les pays limitrophes de l'hexagone, en France, les plus petites mensualités ont un impact limité sur le budget. Un avantage cumulé à la possibilité d’aligner la maturité du crédit avec le cycle d’utilisation du produit, qui séduit également beaucoup de foyers.

 

De nouvelles attentes consommateurs

Si les consommateurs français ont acquis ces dernières années des habitudes bien spécifiques en ce qui concerne le paiement fractionné, leurs attentes à ce sujet sont, elles aussi, bien déterminées. Mais il faut avant tout garder en tête que notre marché est en pleine mutation : les achats d’un montant supérieur à 1 000€ devraient représenter dans les 6 prochains mois 28% des paiements fractionnés en France contre seulement 13% aujourd’hui, toujours selon la même étude. Une augmentation qui implique de satisfaire de nouvelles attentes, donc, qui sont déjà facilement identifiables. Parmi elles, on retrouve la volonté d'accéder à un large panel de solutions couvrant à la fois des montants plus élevés et un plus grand nombre de mensualités. Mais, à en croire les chiffres, ce critère ne se place pas en première position. La confiance en l'enseigne ou le site internet proposant une solution paiement fractionné aurait déjà poussé 53% des consommateurs à y avoir recours. À noter que ce facteur demeure le critère de décision n°1 pour 42% des Italiens et 39% des Espagnols interrogés, mais est moins décisif pour 27% des Portugais et 22% des Allemands.

Pourtant, la notoriété d'une marque n'est pas déterminante pour susciter la confiance auprès des consommateurs français.. En effet, seulement 26% des utilisateurs de paiement fractionné ont choisi cette solution de paiement parce qu’ils connaissaient la marque la proposant. Et ce chiffre sera sûrement amené à décroître dans un futur proche, compte tenu du nombre important de fintech se lançant sur ce créneau. La capacité d’une marque de paiement fractionné à proposer une expérience plus sécurisée car régulée, plus homogène car internationale, plus singulière car innovante, sera quant à elle primordiale.

Enfin, dernier critère mais pas des moindres, celui concernant l'efficacité du parcours client. Une norme à laquelle les entreprises devront bientôt devoir se plier sans attendre : en France, 77% des consommateurs de paiement fractionné déclarent que le processus complet a duré moins de 3 minutes. Pourtant, cette instantanéité n’est pas de mise pour les paiements étalés sur de longues maturités. En cause, le nombre d'étapes nécessaires aux vérifications bancaires et d'identité. Dans ces cas-là, l’expérience client souffre alors d’une mauvaise transformation. L'effort principal à fournir pour les marques sera donc à l'avenir de proposer un parcours client fluide et une réponse express, qui devra nécessairement s’accompagner d’une vérification de la solvabilité des souscripteurs la plus simple possible.

Pour en savoir plus téléchargez le livre blanc : Le paiement fractionné est-il fait pour votre e-commerce ?

La rédaction vous recommande