E-marketing.fr Le site des professionnels du marketing

Recherche
Magazine Marketing

Comment la food est devenue une tendance pour la Gen Z ?

Publié par Fiona Gentilleau le | Mis à jour le
Comment la food est devenue une tendance pour la Gen Z ?

Dans l'étude Young & Hungry, Unify et Marmiton révèlent les paradoxes des rituels alimentaires des millennials : les sources d'inspiration en cuisine, leurs plats de prédilection, les critères de choix de leurs marques alimentaires et leurs attentes vis-à-vis des grandes enseignes du secteur. Décryptage.

Je m'abonne
  • Imprimer

La Gen Z a des habitudes de consommation alimentaire complètement différentes des anciennes générations. Née entre en 1990 et 2002, cette population se revendique végétarienne mais est fan de malbouffe, accro à la livraison et aux recettes TikTok. Alors que 55 % des moins de 30 ans ont découvert le plaisir de cuisiner pendant les confinements, les jeunes parient sur la transmission, ils sont 80 % à préparer des plats basés sur des recettes de famille, selon la dernière étude d'Unify et Marmiton, Young & Hungry, sur les habitudes alimentaire de cette population. La notion de transmission culinaire est donc un facteur important dans les habitudes alimentaires de la Gen Z. Sur les réseaux sociaux, l'intérêt pour la culture food est croissant et les food influenceurs comme Diego Alary ou Juan Arbelaez captent cette audience pour proposer des recettes aléchantes et simples à réaliser.

De plus en plus, les jeunes générations font attention à leur consommation de viande et privilégient ainsi des alternatives veggie. Mais veggie ne rime pas avec salade et tomate puisqu'ils sont 36 % à déclarer manger des plats "veggie nasty" comprenez gourmands mais végétalien. Un fort sentiment de mal manger domine pourtant leur perception des repas, 75 % d'entre eux pensent que les recommandations nutritionnelles, qu'ils entendent depuis leur enfance, sont difficiles à respecter.

Quant aux principaux critères des moins de 30 ans au moment de choisir un produit ou une marque alimentaire, ils sont 51 % à privilégier le prix et pour 36 % la composition des produits. Leur rapport aux marques alimentaires est dominé pour 80 % par des enjeux de transparence des produits et de leurs modes de production et également l'accompagnement au quotidien en cuisine. Le temps est également un facteur décisif dans leur mode de consommation puisque 57 % des -30 ans déclarent sauter fréquemment un des trois repas quotidiens. Un facteur encore plus marqué chez les 18-24 ans qui le déclarent à 60 %.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande