Recherche
Se connecter

A l'heure du numérique, les marques doivent encore trouver le bon tempo pour communiquer avec les Français

Publié par le | Mis à jour le
A l'heure du numérique, les marques doivent encore trouver le bon tempo pour communiquer avec les Français

Selon une étude OpinionWay pour l'agence digitale Wide, près d'un quart des consommateurs considèrent comme intrusive l'utilisation du numérique par les marques.

Abonnez-vous à partir de 16,20€
  • Imprimer

L'agence digitale Wide et Opinonway ont questionné la relation des Français aux marques. Il en ressort que le mail reste le canal le plus utilisé par les Français (78%) pour communiquer avec les marques devant les appels téléphoniques (66%) et les formulaires de contact sur les sites internet (66%). Les 18-24 ans se démarquant avec une meilleure prise en main des nouveaux outils puisque 62% utilisent la messagerie instantanée et 38% ont déjà fait usage d'une assistance vocale (contre 23% en moyenne).

Cependant, la multiplication des nouveaux canaux d'interactions numériques mis à disposition des consommateurs semble perturber leur communication avec les marques. 12% des Français se sentent perdus face à ces nouveaux outils et déclarent ne plus savoir quel moyen utiliser pour contacter efficacement une marque, et seulement 8% des Français ont le sentiment que les marques connaissent mieux leurs besoins. D'une façon générale et tous types de communication confondus, les Français ont le sentiment que les marques leur envoient trop d'informations qui ne les intéressent pas (86%), prennent la parole pour ne rien dire (79%) et même de s'adressent à eux trop souvent (75%).

"La présence numérique des marques est cruciale puisque plus de la moitié des Français a déjà procédé à un achat après consultation du contenu en ligne. L'enjeu commercial est donc bien réel mais il ne faut pas se tromper de combat. A l'heure de l'économie de l'expérience, il est essentiel de marier la valeur d'usage à l'ADN de la marque pour donner du sens à la relation", analyse Antoine de Lasteyrie, directeur général de Wide France.



La rédaction

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet