Recherche
Se connecter

N=1 R=G
Est-ce la bonne formule en temps de crise?

Publié par Herve Dhelin le

En période de crise le consommateur consomme moins, les annonceurs se battent donc pour une part de gâteau qui de toute manière risque d'être plus congrue que d'habitude.
Il faut donc se différencier de ses concurrents pour sortir du lot dans cette compétition.

  • Imprimer

A longueur de journée nous entendons les appels des sirènes de l’innovation marketing nous attirer vers des rivages pleins de promesses pour toujours plus d’efficacité.
Il FAUT être sur twitter, facebook et autres réseaux sociaux pour être plus proche de nos consommateurs, créer de nouveaux canaux de vente ou sécuriser nos revenus.
Innovations rime t’il forcément avec efficacité ?

Ou bien un retour aux basics s’impose t’il pour gagner en rentabilité ?

Combien d’entreprises aujourd’hui sont-elles sur facebook ? La réponse : beaucoup !
Combien génèrent-elles de réels revenus additionnels ? La réponse : pas beaucoup !
(Sachant que les facebook et autres ne sont toujours pas eux même rentables)

Des campagnes marketing très originales ont vu le jour sur facebook, comme celle de BMW sur la promotion des séries 1 (A Graffitti Wall Experience) qui a permis à quelques 10.000 personnes de créer leur propre dessin et à 600.000 de voter pour déterminer le vainqueur. Encore plus originale, celle de Burger King (Whopper sacrifice), ou pour 10 amis supprimés vous receviez un coupon pour un burger gratuit (85.000 utilisateurs). 2 exemples de campagnes ou le buzz a bien fonctionné, mais combien d’énergie dépensée par d’autres entreprises pour un résultat plus que discutable. Elles ont permis de récupérer de nombreux contacts qualifiés.

Back to Basic
A t’on réellement besoin de créer un groupe facebook pour être plus proche de ses consommateurs, pour mieux les connaître, ou pour augmenter ses revenus?

Le Best Seller de C.K Prahalad (Prahalad is the #1 most influential management thinker in the world – Times - London) et M.S Krishnan intitulé « The new age of innovation » aux éditions Mc Graw Hill offre une formule simple et bien différente de ce que peut être aujourd’hui « l’innovation » au service de l’efficacité.

N=1 R=G
Telle est la formule magique au service de la création de valeur

Même si l’entreprise possède des millions de clients (N), elle doit être capable d’offrir une expérience personnalisée (1)
L’accès aux ressources (R) pour mettre en œuvre une plate-forme répondant à ces enjeux est désormais global (G). L’entreprise orchestre l’alignement des différents composants internes et externes (experts, solutions, réseau, produits,…)

Il faut s’éloigner du marketing produit et proposer une expérience perçue comme unique aux yeux du consommateur. Les départements marketing doivent se focaliser sur le client et personnaliser son expérience. La valeur est dans la personnalisation. Le fameux « one to one » ou « one to few » marketing.
Quand le consommateur a le choix de son produit, les entreprises n’ont plus le choix et doivent être efficace.

Il est révolu le temps ou l’on pouvait comme Ford lancer le modèle T, ou vous pouviez choisir la couleur…. du moment que ce soit la couleur noire.

Le succès de l’iPhone tient moins dans le design du produit que dans l’expérience personnalisée (N=1) des services proposés au travers d’une plate-forme globale (R=G).

Il faut donc connaître son consommateur pour lui offrir le service qu’il désire (N=1).

Connaître son consommateur pour lui délivrer ce message ou cette expérience unique, rime avec analyse des données existantes ou la collecte de données manquantes.

Proust a dit « La véritable découverte du voyage ne consiste pas à trouver de nouveaux territoires mais d’avoir un nouveau regard »…….. dans notre cas, exploiter vraiment les données dont nous disposons dans nos organisations et qui peuvent nous permettre de mieux servir nos consommateurs.
Avant de se lancer dans des innovations qui peuvent t’être éphémères (Second Life…), regardons dans notre pré, utilisons réellement ce que l’on a, rentabilisons nos précédents investissements et approchons nous du marketing N=1 R=G et soyons donc plus efficace.
N’allons pas chercher ailleurs ce qui existe dans nos bases de données.
Ce n’est pas une grande révolution, il suffit d’avancer pas après pas, mais les chances de gains seront plus grandes et moins risquées. Améliorons la connaissance de nos consommateurs pour leur offrir une meilleure expérience et augmenter nos chances de ressortir du lot.

N=1 R=G
La mise en œuvre n’est pas compliquée, il faut une base de données, de l’analyse de données et des actions ciblées.

Mais la réalité est bien plus délicate.
Combien de sites web, blogs, forums, conversations téléphoniques et autres emails ne sont pas utilisés pour améliorer notre connaissance de nos consommateurs.
Le cabinet d’analyse Gartner rappelait en 2005 dans son étude « CRM Analytics – Realizing our Potential » que seulement 50% des données disponibles étaient analysées et pire encore, seulement 25% servaient à prendre une action vis à vis des clients.
Dans un monde compétitif, l’agilité et la flexibilité requise par cette formule impose une convergence et des liens étroits entre les différents départements de l’entreprise (informatique, études, centre d’appel, marketing…)

BACK TO BASICS
N=1 R=G
Utilisons ce que nous avons, et soyons plus efficace

<p>26 ann&eacute;es d''exp&eacute;rience dans le domaine de l''informatique dont 16 &agrave; des postes de direction [...]...

Voir la fiche
Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet