Infographie Comment devenir une marque data-driven?

Publié par Floriane Salgues le

Le groupe IDAIA livre les résultats de la deuxième édition de son enquête annuelle sur l'usage des data dans les entreprises en France. En creux apparaissent les clés du succès des marques les plus matures sur le traitement des données.

  • Imprimer

Plus la taille de l'entreprise est petite et moins la maturité data de la marque est élevée. C'est l'équation dévoilée dans la deuxième édition de l'enquête réalisée par Cartegie (groupe IDAIA), société spécialisée en data marketing, de juin à novembre 2020. Mais, bonne nouvelle : le niveau d'expertises data des TPE/PME remonte entre 2019 et 2020. Elles sont ainsi plus nombreuses à utiliser un tableau de bord (+8 %), à disposer d'un outil de tracking Web (+17 %) ou à intégrer de l'intelligence artificielle à leurs stratégies (+62 %). Une tendance que le groupe IDAIA explique par "le contexte de Covid-19 qui a contraint les entreprises à digitaliser plus fortement et rapidement leurs activités".

Alors, comment devenir une marque data-driven ?

1. Disposer d'outils de collecte et de pilotage : 83 % des entreprises data-driven pilotent ainsi leurs activités et leurs stratégies grâce à des tableaux de bord présentant les données pertinentes, contre 24 % pour les profils les moins avancés. La base : disposer d'une base de données - 100 % des marques data-driven en ont une.

2. Exploiter plusieurs sources de données : 95 % des profils d'entreprises les plus avancées en matière de data exploitent les données issues de leur site web - contre seulement 32 % des TPE/PME (+ 35 % d'augmentation par rapport à 2019). Il convient aussi de récolter les contacts clients (100 % des entreprises data-driven vs 91 % des non data-driven), les data de commandes des clients (84 % vs 41 %), les détails de produits achetés (84 % vs 50 %), notamment. 94 % des marques data-driven utilisent les formulaires de contacts pour collecter des données (vs 49 %).

3. Varier les canaux d'acquisition : L'email est le canal largement privilégié par les entreprises les moins à l'aise avec les data. Pour s'inspirer des entreprises data-driven, il convient de varier les canaux d'acquisition, en intégrant notamment du marketing automation et des "adwords".

4. Miser sur la connaissance client : 72 % des data compagnies disposent d'une segmentation marketing clients (vs 18 % des entreprises non data-driven). 50 % utilisent le scoring (vs 9 %) et 72 % de l'IA (vs 62 %).

5. Recruter les experts de la data : 78 % des entreprises en pointe sur les data s'appuient sur des experts et font appel à des data scientists, des data miners, des data analysts (vs 6 % des entreprises en retard sur les stratégies data).

6. Faire de contraintes, des opportunités : Le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) est vécu comme un frein pour 38 % des TPE/PME (- 12 %). À l'inverse, 44 % des marques les plus à l'aise avec la data voient le RGPD comme une opportunité pour améliorer la relation avec leurs clients.

Méthodologie : Enquête en ligne réalisée entre juin et novembre 2020 auprès de 190 entreprises en France. Par rapport à 2019, le profil des répondants a évolué : la note moyenne (3,5/10, en baisse par rapport à 2019) traduit que plus de PME/TPE ont répondu à l'enquête.

Journaliste pour Emarketing.fr et le magazine Marketing, je parle souvent data, digital et médias sociaux. Et quand je me tais, je tweete : @FloSalgues [...]...

Voir la fiche
Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

Data

Par La Rédaction

Programmads lance son nouvel outil de marketing digital Adnautics qui permettra aux annonceurs, agences médias et publishers de prouver l'impact [...]