Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

DossierCréer, optimiser et router ses messages

Publié par le

4 - Balises HTML : les bonnes et mauvaises pratiques dans l'e-mail marketing

Tableau synoptique des bonnes et mauvaises pratiques en matière de balises HTML par Netmessage.

  • Imprimer

Bonnes pratiques

Pratiques à éviter

Réaliser une mise en page sous forme de tableau (balise TABLE) et de paragraphe (balise P).

Pas de copier/coller depuis Word. Ne pas utiliser pas la fonction "Enregistrer sous / page web" de Word, ni celle du navigateur web.

Encoder en HTML les caractères accentués et spéciaux ($ par exemple).

Ne pas mettre des attributs dans la balise BODY

du HTML.

Spécifier toutes les marges internes et externes

des balises "td" du tableau à l'aide d'une déclaration de style (CSS) INLINE.

Ne pas ajouter des commentaires dans le code HTML.

Encadrer le HTML avec les balises

suivantes :

<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD

XHTML 1.0 Transitional//EN"

"http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml

1-transitional.dtd">

<html>

<head>

<title>Document sans nom</title>

</head>

<body>

votre contenu

</body>

</html>

Ne pas utiliser du JavaScript, de contrôles

ActiveX ou des éléments Flash ou du DHTML.

Utiliser des feuilles de style (CSS) INLINE.

Ne pas mettre un texte trop long dans les balises ALT.

Spécifier les largeurs de vos colonnes.

Limiter au maximum les balises SPAN, DIV et FONT.

Définir les tailles de préférence en pixels et dans tous les cas, rester cohérent en conservant la même unité de mesure dans l'ensemble du HTML.

Ne pas réaliser des feuilles de style (ou CSS) indépendantes

appelées par la balise LINK.

Ne pas déclarer de styles dans la balise HEAD.

Ne pas utiliser les raccourcis CSS.

Ne pas ajouter des éléments en Flash.

Ne pas utiliser d'iFrames.

Ne pas positionner les éléments de votre HTML en "absolu".

Préférez plusieurs petites images plutôt qu'une grande.

Ne pas utiliser une image unique.

Renseignez les balises "ALT" de votre HTML, car elles permettent d'afficher un texte à la place des images si celles-ci ne s'affichent pas et incitent le destinataire à les afficher en cliquant sur un bouton.

Ne pas utiliser trop d'images en comparaison avec le texte.

(Source : Netmessage - Livre blanc "Tout ce que vous devez savoir pour optimiser la délivrabilité de vos e-mailings").

" Optimiser ses messages pour la lecture sur les tablettes et les smartphones "

Selon Frédéric Pichard, président-fondateur de Zebaz (service d'annuaire participatif), " le message doit être court. Il convient d'éviter le contenu image et HTML trop lourd et de privilégier le texte. La landing page doit également être optimisée pour le mobile et les zones cliquables doivent être larges et espacées afin de laisser la place à l'action du "doigt". Ne pas hésiter également à embarquer une vidéo, qui est aujourd'hui le média le plus efficace pour présenter un message. Il s'agit avant tout d'adapter les messages en fonction de l'intérêt de la cible, de coupler les canaux entre eux, de ne pas cacher le lien de désinscription, de personnaliser le message, d'éviter les envois par des avatars, de laisser des coordonnées nominatives... Bref, il faut construire une relation one to one et intime avec ses prospects et ses clients. Bannir les prestations de génération de leads aux résultats basés sur du volume sans intelligence qui polluent notre marché. La multitude de spams offre une opportunité unique pour les spécialistes du marketing direct. Pourquoi insulter l'intelligence de ses prospects en leur servant de l'information promotionnelle ? "

Source : GFM

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet