[Tribune] Analytics : Microsoft peut-il faire de l'ombre à Google ?

Publié par le | Mis à jour le
[Tribune] Analytics : Microsoft peut-il faire de l'ombre à Google ?
© Copyrights © WDnet Digital Creation Studio - All Rights Reserved.

L'annonce de Clarity par Microsoft en octobre dernier est peut-être passée inaperçue pourtant ce lancement est loin d'être anodin. Analyse avec Camille Fischer, Lead Data Analyst chez Fabernovel de ce mouvement stratégique de Microsoft et ses différences avec Google.

Je m'abonne
  • Imprimer

Parmi les acteurs du marché de l'analytics (mot valise lié à la découverte, l'interprétation et communication de données et utilisé pour décrire les activités d'analyses web, UX, comportementales ou de data visualisation), on retrouve des mastodontes qui couvrent l'ensemble des activités de l'analytics, à l'image de la suite Google Marketing Platform ou Experience Cloud d'Adobe.

On retrouve aussi certains acteurs positionnés sur des activités spécifiques comme Content Square ou Hotjar sur l'analyse de données comportementales ; des solutions spécialisées dans la data visualisation ou business intelligence comme Tableau ou Datorama ; des outils de webanalyse comme Mixpanel ou Adjust sur l'app analytics.


Et Microsoft dans tout ça ? Discrètement, mais sûrement, l'entreprise poursuit sa conquête du marché de l'analytics. Déjà présent grâce à Power BI, solution de Business Intelligence utilisée par de nombreux clients grands comptes mondialement, le géant a choisi de s'attaquer aux outils gratuits, avec notamment le lancement de Clarity, sa solution d'analyse de données comportementales ou encore de Charticulator, plateforme de data visualisation personnalisée.

Avec Clarity, Microsoft propose pour la première fois un outil qui de prime abord semble entrer en concurrence directe avec Google Analytics. Tout d'abord, Clarity est présenté comme un outil d'analyse comportementale et non comme un outil de webanalyse qui diffère donc du positionnement de Google. On retrouve quelques similitudes avec Google Analytics, la première étant sa gratuité. On note également parmi les points communs :

-La facilité d'implémentation : grâce à un bout de code à poser sur toutes les pages de son site, en dur ou via un Tag Management System, on peut activer rapidement la collecte de données dans l'interface.

-La possibilité de gérer les utilisateurs qui ont accès à la plateforme : fonctionnalité encore limitée sur Clarity mais qui a le mérite d'exister

-La disponibilité de rapports d'audience présentant des métriques classiques comme les sessions, les utilisateurs, le temps de chargement, le nombre de pages par session ou le taux de rebond. Et bien entendu la possibilité de ventiler ces données par navigateur, pays, système d'exploitation, pages d'atterrissage, etc.

Contrairement à Google Analytics, Clarity propose deux avantages gratuits notables à ses utilisateurs, à savoir que les données ne sont pas échantillonnées dans l'interface et qu'elles sont disponibles en quasi temps réel.

Mais la proposition de valeur vient surtout des rapports d'analyse comportementale qu'on ne retrouve pas chez Google. On peut noter l'User Session Recordings, c'est-à-dire l'enregistrement des sessions des visiteurs de son site afin de visionner les parcours de navigation dans leur intégralité : les zones de clic, les mouvements de souris, le scroll... Avec la possibilité de filtrer les sessions sur des critères spécifiques, dont des nouvelles métriques proposées par Microsoft comme les "rage clicks" ou "l'excessive scrolling". Des éléments plus qu'utiles pour travailler l'expérience proposée aux utilisateurs de manière plus qualitative. Mais aussi l'Heatmaps, un rapport qui traduit les interactions observées dans les enregistrements de sessions en cartes de chaleur afin de mettre en évidence l'attractivité des pages. Ces rapports permettent de mieux comprendre comment les utilisateurs interagissent avec les contenus et si leurs comportements sont ceux que l'on avait imaginé pour son site.

Clarity propose donc des fonctionnalités utiles tant à des web analystes qu'à des designers, des spécialistes de l'optimisation de la conversion ou encore des product owners. En ce sens, Clarity est plutôt comparable à des outils comme Hotjar ou Content Square.

A l'inverse, Google Analytics propose un suivi de la navigation plus avancé que dans Clarity avec par exemple les rapports d'événements personnalisés, le suivi e-commerce et e-merchandising ou encore la possibilité de créer des objectifs pour le suivi de micro conversions.

Finalement, les deux outils de Google et Microsoft sont intéressants dans leur complémentarité d'analyse quantitative sur Google Analytics et d'analyse comportementale plus qualitative sur Clarity pour décupler la valeur des données collectées sur des sites.

Cette complémentarité semble voulue et poussée par Microsoft puisqu'il est possible de connecter une propriété Google Analytics (et donc utiliser le tracking de Google) pour configurer son compte Clarity. Connexion qui n'est d'ailleurs pas qu'un simple gadget puisqu'elle permet de créer une dimension personnalisée dans Google Analytics qui stocke l'URL de l'enregistrement de la session. Facilement ajoutée en dimension secondaire dans les rapports Google Analytics, cette intégration est idéale pour analyser la performance de son site dans Google Analytics, identifier de potentiels points de friction dans le parcours et de regarder la session en question pour investiguer sur la cause de la sous performance.

Depuis quelques années, Microsoft ne cesse de se renouveler et Clarity confirme que l'entreprise n'a pas dit son dernier mot. Mais pourquoi s'attaquer à ce secteur d'apparence éloigné de son coeur de métier ? Microsoft a réussi à opérer un pivot du logiciel en licence vers le Cloud as a Service avec Azure. Centrés hier sur les fichiers générés avec le Pack Office, ils sont aujourd'hui centrés sur l'exploitation des données et la connaissance client, dopée par un outil comme Clarity.

Microsoft vient-il titiller Google sur son marché ou vient-il véritablement combler des lacunes dans l'Analytics ? Toujours est-il que Microsoft a misé sur le bon cheval : Google Analytics représente à lui seul 70% du marché des outils de webanalyse, soit 70% de marché potentiel pour l'adoption de Microsoft avec Clarity.

A propos de l'auteur

Camille Fischer, Lead Data Strategist chez Fabernovel, en charge des équipes Data Marketing, Camille mène les réflexions stratégiques et propose des solutions liées à la data pour atteindre les objectifs métier de ses clients dans les meilleures conditions.




Je m'abonne

La rédaction vous recommande

La Rédaction

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

Data

Par Fiona Gentilleau

Valtech, agence digitale, annonce l'acquisition de l'agence de conseil digital eCapacity, spécialisée dans la data.