Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing

Rse

Trois solutions pour faire preuve de transparence

Publié par Clément Fages le

Labels, certifications, scores ou applications mobiles qui permettent de vérifier la qualité ou la provenance des produits... Face à la défiance croissante des consommateurs, les marques se veulent plus transparentes. Mais est-ce suffisant pour raviver la flamme ?

Je m'abonne
  • Imprimer
Rendre publiques ses données : App ou pas cap ?

" Le Nutriscore prend en compte le sucre, la matière grasse et les acides gras saturés, pas la qualité des ingrédients utilisés ou, encore, leur provenance ", indique Caroline Péchery, cofondatrice de l'application Scan Up . Tous les consommateurs ne connaissent pas les cahiers des charges des labels. D'où l'intérêt des applications qui viennent " traduire " la liste des ingrédients présents dans un produit en une indication plus lisible. En plus du Nutriscore, Scan Up ou OpenFoodFacts indiquent, par exemple, un indice Siga ou Nova, qui montre la présence d'additifs nocifs pour la santé. Depuis le 7 janvier, ils ont ajouté l'Écoscore, lancé avec une dizaine d'autres acteurs (Yuka et Frigo Magic, La Fourche, Food Cheri, Seazon, sans oublier des sites comme Marmiton, etc.), qui procure une indication " environnementale " pour les 200000 références analysées pour l'instant. " Au Nutriscore, nous ajoutons les données d'Agribalyse, mises en place par l'Ademe, ainsi que les labels, la production locale, l'utilisation des matériaux recyclables via un système de bonus-malus ", ajoute Caroline Péchery. Mais là encore, la multiplication des applications entraîne plus d'opacité que de transparence : au-delà de celles citées au préalable, on peut ajouter Foodvisor, Shop Advisor, Y'a quoi dedans (lancée par System U et fondée sur OpenFoodFacts) ou, encore, C'est Quoi Ce Produit ?!, C'est qui le patron ?! qui propose des notes personnalisées, sans oublier certaines initiatives, comme La Note Globale, (Auchan, Fleury-Michon ou Sodebo) établie sur une auto-évaluation des participants, ou encore Num-Alim, de l'Association nationale des industries alimentaires... De quoi pousser des think tanks comme Terra Nova à demander aux autorités une régulation pour y voir un peu plus clair !

Journaliste tout terrain, je couvre tous les aspects du marketing et plus particulièrement les stratégies des marques. J’aime aussi l’Histoire. Suivez-moi [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet