Recherche
Se connecter

Idées reçues : faire appel à sa communauté, c'est toujours parfait !

Publié par le

Inscrite dans une logique collaborative, la co-création séduit toujours plus de marques et de consommateurs. Encore faut-il créer, à deux ou à plusieurs, dans les règles de l'art. Voici 4 idées reçues sur le sujet.

Je m'abonne
  • Imprimer
#4 C'est... sans contrepartie

Certes, la motivation première du participant doit toujours être d'exprimer son opinion sur un produit et de s'engager auprès d'une marque. Pour autant, "il se pose la question du partage de la valeur créée avec un consommateur ou un fan qui a donné de son temps et partagé ses idées, fait part Éric Vernette, au risque que celui-ci, déçu, ne se détourne de la marque s'il n'est pas récompensé". Produits, chèques-cadeaux, voire royalties : la dotation est à la discrétion de la marque, mais, pour Gael Muller, elle se révèle indispensable. "Les participants sont volontaires et non rémunérés pour participer. L'opportunité de gagner des récompenses va donc favoriser l'envie de participer et l'émulation", explique le CEO de Fanvoice, qui propose aux marques des mécaniques de gamification avec des lots envoyés aux personnes les plus impliquées. L'attente est réelle : plus des trois quarts des consommateurs considèrent que l'idée co-créée devrait être la propriété des deux parties, avec une rétribution par royalties ou une rémunération fixe.

La bonne pratique : invite ses clients à partager leurs idées de figurines et de constructions. Celles qui récoltent 10 000 votes de la communauté sont conçues par Lego et commercialisées. "Lego reverse aux clients co-créateurs 1 % du chiffre d'affaires en royalties", glisse Éric Vernette.

Floriane Salgues

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet