Rse

Covid-19 : comment réagit une entreprise engagée comme la MAIF ?

Publié par Clément Fages le - mis à jour à
Covid-19 : comment réagit une entreprise engagée comme la MAIF ?

Comment une entreprise engagée comme la MAIF, qui est en train de mettre en place son statut d'entreprise à mission, doit-elle réagir en ces temps de crise ?

Je m'abonne
  • Imprimer

"Nous sommes une mutuelle, donc la solidarité et l'entraide avec nos membres sont au coeur de nos valeurs depuis notre création en 1934. Mais désormais, nous voulons aller plus loin dans la recherche d'un impact positif dans nos activités, organiser un passage à l'échelle et cela pour l'ensemble de nos métiers", explique Cécile Ribour, la directrice de la communication de la MAIF, au moment de détailler la démarche initiée par l'assureur au moment de devenir une entreprise à mission. "Pendant deux ans, nous avons travaillé sur une raison d'être, et la loi PACTE est arrivée dans ce contexte en nous donnant la possibilité de devenir une entreprise à mission. Il reste encore à statuer sur ces engagements lors de notre prochaine assemblée générale, mais nous n'attendons pas ce changement de statut pour agir ! Nous n'allons pas faire de l'évolution de ce statut un argument de communication : nous sommes partisans de la preuve plutôt que de la déclaration d'intérêt, et nous nous engageons déjà tous les jours. Demain, nous y serons seulement obligés."

Reste que pour Martin Piot, vice-président de W&Cie, qui est à l'origine des dernières campagnes de la marque, "cette raison d'être doit plutôt être perçue comme un renouvellement de l'engagement historique de la MAIF, une posture plus moderne qui doit permettre à la marque de se projeter dans le futur, et de changer la perception du grand public."

Renforcer les engagements existants

Mais comment s'incarnent ces engagements dans une période aussi troublée que celle que nous vivons actuellement ? Pour Cécile Ribour, le principal était dans un premier temps de "s'organiser pour répondre aux nouvelles contraintes de cette crise. Nous avons organisé le télétravail afin de soutenir les sociétaires qui en ont besoin. Par ailleurs, nous avons enregistré une baisse d'activité, avec par exemple une baisse des sinistres automobiles." Une situation qui permet à la marque d'illustrer son engagement. Ainsi, dans un communiqué, la MAIF annonçait qu'au 1er avril 2020, son "conseil d'administration a décidé de faire bénéficier les sociétaires des économies réalisées du fait de la diminution des accidents de la route durant la période de confinement". Le total de 100 millions d'euros économisé sera ainsi reversé à hauteur de 30 euros par voiture aux 3 millions d'assurés de la MAIF. Les bénéficiaires ont aussi la possibilité de ne pas percevoir cette somme pour la destiner à un don à l'une des trois associations sélectionnées par la MAIF : la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, l'Institut Pasteur et le Secours Populaire.

Par ailleurs, Cécile Ribour rappelle que "bien que la publicité auto ne soit pas la plus pertinente en ce moment, nous avons gardé nos publicités car les créneaux sont réservés depuis longtemps. Les médias en ont besoin, c'est à ce niveau notre pierre à l'édifice. Nous avons une plateforme d'assistance scolaire gratuite depuis 20 ans, nous avons communiqué auprès de nos sociétaires et sur nos réseaux sociaux à ce sujet. Mais nous n'allons pas en faire une plus grande publicité, tout d'abord car nous pensons qu'il faut garder une forme d'humilité et ne pas sembler opportuniste, ensuite car nous n'avons pas la possibilité de produire un spot dans les délais aussi restreint."


Je m'abonne

Journaliste tout terrain, je couvre tous les aspects du marketing et plus particulièrement les stratégies des marques. J’aime aussi l’Histoire. Suivez-moi [...]...

Voir la fiche
Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet