[Naming] Au nom de la marque

Publié par le

GDF-Suez devient Engie, Bongrain est rebaptisé Savencia, pour l'UMP ce sera Les Républicains ... L'occasion nous est donnée de faire le point sur un métier qui a l'obligation d'évoluer.

Je m'abonne
  • Imprimer
Ne pas céder à la peur du juridique

Il fait figure d'épouvantail. Il est vrai que certaines classes de produits (classe 3 pour les parfums ou classe 5 pour les produits pharmaceutiques) sont cauchemardesques. Il est devenu presqu'impossible de trouver un nom disponible, aussi beau et intelligent soit-il. Le juriste ou le cabinet juridique avec lequel travaille le client doit assister à toutes les réunions de présentation. C'est sur la base des échanges constructifs entre le juriste et le créateur de nom que des solutions satisfaisantes pourront être trouvées. Il faut que le juriste soit ouvert d'esprit, audacieux dans ses recommandations (envisager une enquête d'usage ou une négociation par exemple) et impartial (il ne peut pas appartenir à l'agence conseil, car on ne peut être juge et partie).

Olivier Auroy, DG Corporate de CBA

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet