[Naming] Au nom de la marque

Publié par le

GDF-Suez devient Engie, Bongrain est rebaptisé Savencia, pour l'UMP ce sera Les Républicains ... L'occasion nous est donnée de faire le point sur un métier qui a l'obligation d'évoluer.

Je m'abonne
  • Imprimer
Le créateur de nom est un chercheur d'or en perpétuelle quête de " pépite ".

Encore faut-il être capable de reconnaître cette "pépite". Savoir repérer un bon nom, c'est un talent, un subtil alliage d'intuition et d'expérience. Il faut croire à la puissance intrinsèque de certains mots, à ce qu'ils révèlent quand on les dissèque : la richesse de leurs sonorités, la puissance de leurs évocations, la diversité des images qu'ils véhiculent. Personne n'a créé Évian, certes, mais il est facile de démontrer - sans tomber dans les excès de la post-rationalisation - que tout prédestinait ce nom à baptiser l'eau des bébés, la source de jeunesse. Dans Évian, il y a Ève, vie, an. Ses anagrammes: veina, naïve et même nivea ("couleur de la neige" en latin avant d'être une marque de cosmétiques bien connue). Tout, dans ce nom, ramène à l'eau et à l'enfance. Même fulgurance chez Légo qui outre son sens danois (Legt Godt, je joue), signifie "je relie" dans beaucoup de langues latines et se rapproche de "legen" (disposer) en allemand.

SUR LE MÊME SUJET...
[Dossier] Naming : comment bien choisir son nom ?

Olivier Auroy, DG Corporate de CBA

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet