Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Gestion du Stress
Chapitre I : Identifier et comprendre son stress

Fiche 06 : Se libérer des messages contraignants

  • Retrouvez 7 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de la Gestion du Stress

8 chapitres / 56 fiches

  • Imprimer

Les messages contraignants : atouts et difficultés


Résumé

Trop souvent nous agissons en pilote automatique, guidés par des messages appris dans l'enfance. Taibi Kahler, créateur de la Process Communication, a identifié cinq Drivers ou Messages contraignants : Sois parfait, Fais plaisir, Sois fort, Fais des efforts et Dépêche-toi. Ces messages agissent comme des injonctions inconscientes pour obtenir satisfaction de nos besoins psychologiques. Ils dirigent nombre de nos choix et de nos comportements à notre insu et parfois à notre propre détriment. Identifier ses Drivers et s'accorder des permissions permet de mieux gérer nos comportements sous stress.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectifs

  • Identifier ses principaux messages contraignants.
  • Comprendre les comportements liés au stress.
  • Prendre conscience des limites que l'on s'impose, de ses freins inconscients.
  • Utiliser les comportements Driver à bon escient, acquérir de la souplesse.
  • Se donner des permissions.

Contexte

  • Souvenez-vous de ce que vos parents attendaient de vous quand vous étiez petit. Notez les similitudes entre les comportements de votre enfance, destinés à obtenir leur attention et ceux que vous adoptez aujourd'hui quand vous êtes un peu stressé. Vous risquez d'être surpris ! Lorsque vous entrez dans un comportement Driver, une partie de l'énergie qui pourrait vous servir à penser clairement est utilisée à écouter de vieux enregistrements qui vous disent ou disent aux autres : " Tu n'as de valeur que si... ". Inconsciemment, vous allez vous arranger pour vérifier ces croyances. En fait, les Drivers sont des réponses d'hier à des problèmes d'aujourd'hui.

Cet outil permet de trouver l'antidote efficace à vos messages contraignants pour reprendre les rênes de votre vie.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Identifiez vos principaux Drivers : prenez conscience des messages contraignants auxquels vous vous soumettez (cf. tableau).
  • En quoi vous sont-ils bénéfiques ? Que souhaitez-vous garder ? Tous les Drivers ont des aspects positifs : par exemple, Le " Sois parfait " est précis, il produit un travail de qualité ; le " Sois fort " est résistant, il sait gérer les situations avec sang-froid.
  • Reconnaissez les limites de ces messages. Quelles sont les convictions qui vous poussent à agir ainsi ? Jusqu'à quel point ces messages sont-ils encore justifiés aujourd'hui ? Jusqu'à quel point déforment-ils votre perception de la situation présente ?
  • Libérez-vous de ces injonctions en les remplaçant par des messages permissifs. Choisissez et notez les permissions qui résonnent en vous, celles qui vous aident à progresser. Vous pouvez vous aider du tableau page suivante. Par exemple, le " Sois parfait " peut se donner le droit de ne pas tout savoir et de faire des erreurs, le " Fais des efforts " celui de réussir facilement et le " Dépêche-toi " a le droit de prendre son temps.
    • Identifiez vos messages contraignants à l'aide d'un test (cf. Mon cahier d'exercices).

    Méthodologie et conseils

    • Nous avons tous un à deux Drivers particulièrement actifs mais ils peuvent tous s'exprimer.
    • La Process Communication distingue le Driver Enfant qui correspond à une contrainte que nous nous imposons (" Les autres ont de la valeur, moi j'en aurai si... ") et le Driver Parent, contrainte imposée aux autres (" J'ai de la valeur, les autres en auront si... "). Chaque type de personnalité de la Process Communication à son propre Driver, indicateur de ses comportements sous stress léger (cf. aussi outil 7).

    Avantage

    • Se donner des permissions renforce l'affirmation de soi.

    Précaution à prendre

    • Il existe une forte composante émotionnelle attachée à ces messages, s'en libérer n'est pas toujours aisé.

    Comment être plus efficace ?

    Se donner la permission de réussir

    Les messages transmis par les figures d'autorité de votre enfance (parents, professeurs, etc.) sont le socle sur lequel vous avez construit votre système de valeurs. Comme vous l'avez vu, certains sont positifs mais il en est aussi de plus critiques et irrationnels qui vous freinent. Les trois permissions les plus importantes sont le droit d'exister, le droit d'être soi-même et le droit d'être en bonne santé. Notez que ce sont aussi trois éléments essentiels à une bonne gestion du stress. Concrètement, vous donner la permission d'aller de l'avant et de réussir demande d'affronter vos peurs et vos résistances.

    La psychologue Pamela Levin a établi une liste de permissions fondamentales à se donner pour se réaliser pleinement. N'hésitez-pas à vous en inspirer :

  • Tu as le droit d'avoir ta propre opinion sur le monde, d'être qui tu es et d'essayer ton pouvoir.
  • Tu peux être puissant et en même temps avoir besoin d'aide.
  • Tu n'as pas besoin d'être malade ou déprimé pour que l'on t'aide.
  • Tu as le droit de chercher qui tu es.
  • Tu as le droit d'imaginer des choses sans pour autant craindre qu'elles se réalisent.
  • Il est bon que tu découvres par toi-même les conséquences de tes comportements.
  • Il est bon pour toi d'aller dans la " cour des grands " et de réussir.
  • Tu peux prendre toi-même en charge tes propres besoins, sentiments et comportements.
  • Tu pourras revenir chez ceux qui t'aiment chaque fois que tu le souhaiteras.
  • Il est bon que tu prennes des initiatives.
  • Tu as le droit d'être curieux et d'avoir de l'intuition.
  • Tu peux aller de l'avant, te renseigner, dire non et commencer à te séparer de ceux qui t'aiment.
  • Tu as le droit d'exprimer tes ressentiments.
  • Tu peux penser à ce que tu ressens et éprouver des émotions à partir de tes pensées.
  • Tu peux penser par toi-même et tu n'as pas à prendre soin des autres en pensant à leur place.
  • Tu peux tout à fait être assuré : c'est toi qui sais ce dont tu as besoin.
  • Tu as le droit d'être nourri, aimé, touché, caressé.
  • Va hardiment en prenant garde aux obstacles.
  • Tu n'as pas à te dépêcher, prends tout ton temps.
  • Il est bon que tu fasses les choses à ta façon, que tu aies tes propres repères moraux et que tu choisisses tes méthodes.
  • Tu peux réfléchir avant de t'engager.
  • Aie confiance dans ce que tu ressens pour te guider.
  • Tu n'as pas besoin de souffrir pour obtenir ce dont tu as besoin.
  • Tu as le droit de ne pas être d'accord.
  • Tu as le droit de te prendre en considération et de respecter.
  • Tu as le droit d'être ouvert et d'écouter tes propres besoins...
  • EXEMPLES d'antidotes

    Choisissez parmi ces propositions les permissions qui vous parlent le plus.

    N'hésitez pas à vous les approprier en modifiant les formulations.

    Notez-les sur votre agenda, sur des post-it autour de vous, pour y penser et surtout, agissez en conséquence.

    Dans un séminaire de gestion du stress, Élise explique que ses parents étaient médecins et travaillaient beaucoup. Elle a très jeune pris sur elle de s'occuper des repas et faire de menus travaux dans la maison. Elle avait remarqué qu'en faisant ainsi plaisir à ses parents ils se montraient contents. Élise est brocanteuse. Il arrive qu'un client hésite à lui acheter un objet. Sans qu'il lui demande, Élise va proposer d'amener le meuble chez lui pour qu'il se fasse une idée. Pour être agréable à sa clientèle, Élise en fait trop, elle se sur-adapte.

    En pratiquant l'exercice des Drivers, Élise s'est rendue compte qu'elle était sous l'emprise d'un " Fais plaisir " très puissant. Sous stress, elle se dévalorise, fait passer les autres avant elle. Élise a les plus grandes difficultés à dire non. Sa croyance est la suivante : si je dis non à quelqu'un, il sera frustré et donc il ne m'aimera plus. La contrainte du Fais plaisir rend difficile la prise de décision. Comme antidote, Élise a choisi " Tu n'es pas le Sauveur universel, occupe-toi d'abord de toi " (cf. aussi outil 44).

    Gaëlle Du Penhoat