Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing
Méthodologie

Le moins et le plus du conflit

Chapitre : Le moins et le plus du conflit

  • Publié le 29 nov. 2017
©

Le moins et le plus du conflit

0 chapitres / 0 fiches

  • Imprimer

Comment prendre la mesure des risques et opportunités ?


En résumé

D'une manière générale, le conflit est perçu comme négatif, au moins comme produisant des effets négatifs. La question de la négativité du conflit est un vieux débat qui occupait déjà les philosophes grecs. Le risque est que l'approche de la situation sur un mode négatif entraîne encore davantage de négatif ou masque les aspects positifs latents.


Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

Cet outil doit aider le lecteur à saisir les risques d'une situation conflictuelle, mais aussi à mieux comprendre les éléments positifs latents du conflit, lorsque le conflit est " ouvert ".

Contexte

  • Il est parfois difficile de qualifier de manière définitive ce qui est négatif ou positif. Un licenciement (en général perçu comme négatif par celui qui le subit à un instant t) peut tout aussi bien être le point de départ d'un rebond salutaire. Listons quelques effets négatifs courants du conflit : la rupture de lien, le stress et les troubles physiologiques associés (perte de sommeil ou de concentration notamment), la perte de temps et d'efficacité, la perte de confiance.
  • Listons quelques effets positifs fréquents : la possibilité d'un changement qui améliore durablement une situation, la possibilité d'éviter une décision absurde (par consensus mou, soumission, évitement du conflit, etc.), la possibilité de stimuler des idées nouvelles et riches, le soulagement d'avoir vidé son sac et de ne plus " traîner " une situation frustrante, la stimulation ressentie ou même le plaisir de la théâtralité qui en résulte, etc.

Comment l'utiliser ?

Étapes

  • Identifier à quel stade du conflit on est : si le conflit est encore principalement latent, un bilan raisonné des risques et opportunités de soulever le conflit peut être effectué. Si le conflit est déjà ouvert et que des effets négatifs sont déjà perçus, il s'agira de veiller à ce que l'embrasement réciproque du négatif (je critique, tu critiques ; j'attaque, tu attaques, etc.) n'endommage pas la relation avant que le positif puisse s'exprimer. Si le conflit est à un niveau d'escalade important, valoriser le positif (comme espoir) et le négatif (comme repoussoir) peut contribuer au mûrissement de la situation (voir outil 45), sur le mûrissement).
  • Identifier le positif et le négatif invisible ou caché : en parcourant le tableau plus haut, il est possible de mieux s'ouvrir aux différentes dimensions positives et négatives présentes.

Méthodologie et conseils

À l'aide de l'image illustrant l'outil, il est possible d'explorer dans quelle mesure la situation que l'on vit peut porter en germe des éléments qui nous échappent.

On peut ainsi parfois parler ouvertement ensemble non du fond du conflit mais de ce que le conflit fait à chacun. Cela permet alors d'envisager ensemble des règles (ex. : ne pas nuire à l'autre) et des méthodes (rendez-vous, argumentaire écrit réciproque...) pour savoir comment le traiter.

Avantages

  • En sachant mieux envisager les facettes du conflit, il est possible de gagner en lucidité et en agilité.

Précautions à prendre

  • Attention à ne pas surestimer les avantages du conflit ou ses inconvénients, aussi bien pour soi que pour l'autre. Les différences de personnalité ou de culture peuvent créer des filtres biaisants à ce sujet. Ce qui est stimulant pour l'un peut par exemple être écrasant pour l'autre.

Jacques Salzer, Arnaud Stimec

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles