Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Marketing
Méthodologie

Des pièges

Chapitre : Des pièges

  • Publié le 29 nov. 2017
©

Des pièges

1 chapitres / 0 fiches

  • Imprimer

Les repérer sur les chemins de la résolution des conflits

Après avoir voyagé de l'avant-conflit à l'entrée en conflit, avec une variété de causes possibles et de carburants amplificateurs, après avoir identifié les acteurs compétents et représentatifs, entrons sur les chemins de la résolution. Quelles que soient la bonne volonté et les marges de manoeuvre variées des acteurs, leurs tentatives pour s'écrire, parler ensemble, discuter... peuvent être vouées à l'échec s'il n'existe pas une conscience des pièges, parfois non discernés, et aussi des obstacles fréquents à contourner que nous aborderons dans le dossier suivant (dossier 6).

Les praticiens, observateurs et chercheurs ont identifié, alors que les acteurs aimeraient s'en sortir, de nombreux pièges qui les en empêchent. C'est comme s'ils étaient dans les mailles d'un filet, sous l'eau, se croyant libres de nager, sans voir le filet qui les tient prisonniers dans leurs mouvements et leurs paroles. Il s'agit de les connaître pour réduire le risque d'en être prisonnier. L'animosité que crée le conflit ne disparaît pas d'un seul coup. C'est un travail d'approfondir et d'aller au coeur d'un conflit, sans le fuir, tout en se respectant.

Ce dossier 5 aborde quelques configurations de pièges, que l'on pourra tenter d'éviter sur le chemin de la résolution.

Un premier piège, facile à comprendre, est de ne s'intéresser qu'à soi. On parle pour soi, de soi et de ses arguments sans s'intéresser à l'autre ou en faisant semblant de s'y intéresser (outil 33).

Un deuxième piège, qui serait symétrique, est de tourner en rond en ne faisant qu'accuser l'autre et en lui refusant sa position, en posant ses propres préalables (outil 34).

Un troisième piège est d'être obligé de prendre position et de choisir entre deux personnes que l'on respecte et auxquelles on veut rester loyal, qui sont elles-mêmes en conflit : " Qui choisis-tu ? " ou " Que choisis-tu : ce que je dis ou ce qu'il dit ? ", produit du conflit de loyauté (outil 35).

Un quatrième piège est de travailler sur une cause de conflit alors que le vrai problème est ailleurs. La cause agissant derrière la cause apparente n'est pas divulguée (outil 36).

De même, un cinquième piège mais que l'on croit être une force est de demander plus qu'on ne le souhaite (sachant que l'on va faire des concessions mais qu'on attend que ce soit l'autre qui commence à abaisser ses prétentions) (outil 37). Le piège peut se refermer sur les acteurs, créant une rupture entre eux : si chacun attend que l'autre concède quelque chose le premier, l'un et l'autre peuvent attendre longtemps. Cela vaut-il la peine de rester dans le non-dit et le secret (outil 38) ?

Enfin, divers pièges peuvent être imaginés dans les jeux de pouvoir pour se mettre dans un rapport de forces plus favorable (outil 39).

Cela n'épuise pas tous les pièges que l'on peut imaginer, prévenir mais aussi rencontrer, et auxquels on doit savoir faire face, si cela reste possible, tels que :

  • les manoeuvres dilatoires : une partie s'évertue à gagner du temps en prolongeant le conflit ou l'apparence de négociation pour sa résolution, dans le temps. En fait, elle agit dans l'intervalle pour se mettre dans un rapport de forces encore plus favorable et limiter les possibilités d'action de l'autre (en s'armant, créant des alliances avec d'autres, épuisant ses capacités économiques ou espérant " gagner le match par abandon ") ;
  • les fausses informations et rumeurs : une partie espère, en les lançant, que cela fera agir l'autre dans une direction qui l'affaiblira ou la desservira, qui nuira à sa réputation...

Jacques Salzer, Arnaud Stimec

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles