L'exception française

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer


Les entreprises françaises et leurs hommes de marketing seraient-ils plus audacieux en matière d'innovation que leurs homologues européens ? C'est, en tout cas, ce que laisse à penser les résultats d'une récente étude menée par Ernst & Young et ACNielsen sur les lancements de nouveaux produits (voir p. 36). Sur six pays européens majeurs, la France se distingue en ayant, et de loin, la plus faible proportion de me-too et, parallèlement, la plus forte proportion de véritables nouveaux produits. Lorsque cette même étude annonce, sans surprise d'ailleurs, que c'est au sein des me-too que l'on rencontre le plus fort taux d'échec au bout d'un an, et le plus faible au sein des vraies nouveautés, on ne peut qu'être réjoui de ce bon comportement de notre marketing hexagonal. Même si, cruellement, cette étude rappelle que plus de 40 % des vraies nouveautés ne passent pas l'année, il n'en reste pas moins vrai que la prise de risque que constitue le choix des innovations de rupture est la plus payante.

Je m'abonne

François Rouffiac

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

Insights

Par La rédaction

Borne tactile antibactérienne, masque purificateur d'air ou encore test à distance efficace, la crise du Covid-19 a inspiré les start-up dans [...]