Recherche
Se connecter

Le meilleur et le pire

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer


Incontournables BDDM ! Elément central d'une stratégie de relation client digne de ce nom, elles sont incontestablement entrées dans les moeurs des entreprises française. Après avoir suscité bien des interrogations, causé bien des soucis et souvent coûté beaucoup d'argent. Et Internet, encore lui, vient en renforcer l'intérêt et en multiplier les possibilités opérationnelles. Tant mieux. Pour la connaissance approfondie des clients, pour les économies engendrées dans le recueil d'informations, pour le temps réel, pour le ciblage et le timing des opérations, pour la personnalisation des offres... Bref, pour tout ce qu'elles génèrent dans le cadre d'une démarche orientée one-to-one. Mais attention, dans ce domaine, le pire peut rapidement côtoyer le meilleur. Multiplication des bases sans centralisation, masse de données intraitables et inutiles, clients envahis par un relationnel que l'on ne peut arrêter, coûts excessifs... Et, comme le dit si bien la maxime, en matière de BDDM, le mieux est - souvent - l'ennemi du bien.

Je m'abonne

François Rouffiac

Eloïse Cohen,<br/>rédactrice en chef Eloïse Cohen,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque matin, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet