Recherche
Se connecter

Comment le chatbot de Gémo a permis d'élargir sa base clients

Publié par le - mis à jour à
Comment le chatbot de Gémo a permis d'élargir sa base clients

Pour soigner l'expérience offerte à ses clients, le retailer Gémo a testé un chatbot pendant l'été. Résultat : la marque est entrée en contact avec de nouveaux clients.

  • Imprimer

"Lookbot". Le bot de l'enseigne Gémo, incarné par Max, un styliste hipster, a opéré sur Facebook Messenger pendant l'été 2017. "Ce chatbot s'inscrit dans la stratégie digitale de Gémo, témoigne Christophe Danion, directeur marketing de l'enseigne. Notre ambition était d'offrir une fluidité de l'expérience omnicanale et de faire participer les clients dans la création de la mode. Mais, aussi, poursuit-il, d'affirmer notre différence par rapport à d'autres marques, grâce à l'expérience procurée par le chatbot, dans un contexte où les prix et les produits sont de plus en plus homogènes."

La mécanique : le "Lookbot" pose à l'utilisateur des questions autour de la thématique "ma valise de vacances", puis, propose une recommandation personnalisée et une sélection de 4 à 5 produits à acheter sur le site e-commerce de Gémo. En fonction des précisions données par les clients sur leur morphologie, la sélection s'affine. Avec ce bot, conçu comme un POC avec l'agence de conseil digital The Social Client, Gémo observe l'adoption des agents conversationnels par ses utilisateurs. Et espère séduire une cible plus jeune, adepte des nouvelles technologies.

Résultat : plusieurs centaines de conversation avec le chatbot et un taux de satisfaction de 3 utilisateurs sur 4. Mais, surtout, 70 % de clients qui n'avaient pas été en contact avec la marque ont été touchés grâce au "Lookbot".

Pour aller plus loin :

- Gémo lance un chatbot sur Messenger

- Le magasin Gémo qui disrupte l'expérience client

- 4 bonnes pratiques pour rentabiliser son chatbot

Journaliste pour Emarketing.fr, Ecommercemag.fr et Relationclientmag.fr et Marketing, je parle souvent data, digital et médias sociaux. Et quand je [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet