Recherche
Se connecter

Agnès b.: un air de Paris à Hong Kong!

Publié par le | Mis à jour le
Flagship Agnès b. à Hong Kong
Flagship Agnès b. à Hong Kong

Alors qu'en France, la marque est plutôt discrète, à Hong Kong, rien à voir! Ses boutiques de vêtements sont nombreuses, mais aussi les cafés brandés Agnès b. et les fleuristes. Quant à son flagshipstore, Marie, étudiante à l'EDHEC, a pu constater qu'il mettait la barre très haut.

  • Imprimer

Plus encore qu'un flagship, c'est un tout nouveau genre de magasin que j'ai découvert. Un petit bout de Paris en pleine Asie! En plein milieu du très chic quartier de Tsim Tsa Shui, j'ai eu l'impression de me retrouver dans mon quartier fétiche du Marais. Tout est fait pour retranscrire l'essence de notre capitale dans un lieu physique protéiforme. Au milieu de la collection femme, j'ai retrouvé l'odeur des bougies de la maison parisienne Trudon. Vous savez, celle qui s'inspire de l'histoire de France avec ses bougies qui répondent aux doux noms de Trianon ou Chandernagor par exemple! C'était ma petite madeleine de Proust à moi de sentir ces odeurs familières.

J'ai aussi pu m'arrêter pour acheter un bouquet champêtre chez Agnès b Flowers... et même mes légumes bio de producteurs locaux au café Agnès b.! Parisienne un jour, parisienne toujours! Cerise sur le gâteau: la marque propose une boutique de chocolats 100% français: ô bonheur! Au final, il ne manque que des serveurs de mauvaise humeur pour être vraiment plongé à Paris!

Je trouve ça hyper pertinent que la marque ait retranscrit son univers en proposant ses produits, et en complétant l'offre avec des articles et des services complémentaires. On peut écouter les vinyles des plus grands classiques du rock - ce qui est totalement inédit parce qu'un tourne-disque a vraiment des allures de dinosaure pour les locaux! - ou encore s'asseoir dans un fauteuil moelleux pour feuilleter un livre de design ou d'art.

Emballée par cet endroit, j'ai cherché des concepts proches et j'ai appris que Muji venait aussi d'ouvrir une boutique sur un modèle assez similaire. J'ai voulu essayer de comprendre pourquoi ces magasins d'un nouveau genre rencontrent un tel succès à Hong Kong. Pour moi, il y a essentiellement 2 explications. La première: je pense que c'est le profil du consommateur local. Il y a un paradoxe: les Hongkongais aiment les choses extrêmement simples et sont en même temps excessivement exigeants.

Par exemple, ils ne font leur shopping que dans des malls et ils regroupent les boutiques par spécificité. Il y a donc le quartier avec les malls ultra-luxe, le quartier des fournisseurs informatiques, le quartier des sneakers, le quartier des poissons séchés et j'en passe! Ces concept stores nouvelle génération répondent à une logique identique: ils proposent à la fois un espace shopping complet, un espace de restauration et des services complémentaires tout en plongeant le client dans un univers spécifique qui lui permet de vivre une expérience shopping optimale. Banco donc pour les enseignes !

J'ai aussi compris que les avantages d'une telle boutique répondent à des logiques pragmatiques. Avec un tarif du mètre carré de près de 28.000€ par an à Causeway Bay ou à l'International Finance Center, beaucoup de marques se sont cassées les dents seulement quelques mois après l'ouverture de leur point de vente. Je me souviens du cas d'Abercrombie & Fitch: avec un mètre carré exorbitant à 50.000€, la marque a fini par mettre la clef sous la porte en février, soit à peine deux ans après l'ouverture de sa boutique. RIP Abercrombie ! À mon avis, le modèle des concept stores Agnès b. et Muji permet d'accroitre la rentabilité d'une boutique en proposant des services additionnels. C'est un nouveau business en somme.

Personnellement, je crois énormément en ce nouveau genre de magasin plus complet où il est bon de prendre son temps, de découvrir une marque mais aussi ses inspirations et ses coups de coeur. Le shopping, c'est quand même un hobby!

Découvrez d'autres témoignages de millennials sur leur rapport au commerce physique.

Laure-Anne Warlin, head of trends & insights chez Equancy

La rédaction vous recommande

Arrêtez de considérer vos clients comme des numéros
Arrêtez de considérer vos clients comme des numéros

Arrêtez de considérer vos clients comme des numéros

Par Easiware

Vos clients en ont marre etre traites comme de parfaits inconnus ou pire comme des numeros En exploitant la connaissance dans votre Relation [...]

Sur le même sujet

Financer vos projets de R&D pour continuer à être compétitif
Retail
LOOK&FIN
Financer vos projets de R&D pour continuer à être compétitif

Financer vos projets de R&D pour continuer à être compétitif

Par LOOK&FIN via Marketme

Votre cherchez à innover et proposer les dernières avancées technologiques à vos clients en terme de produits ou services pour rester compétitif? [...]

La gamification séduit les shoppers
Retail
La gamification séduit les shoppers

La gamification séduit les shoppers

Par Dalila Bouaziz

Les Français témoignent d'un attrait important pour le jeu de façon globale, Comarch dévoile une étude avec OpinionWay sur les attraits de la [...]

[Étude] 83% des Français feront les soldes d'été
Retail
[Étude] 83% des Français feront les soldes d'été

[Étude] 83% des Français feront les soldes d'été

Par Dalila Bouaziz

Spartoo, site spécialisé dans la vente de chaussures, dévoile une étude réalisée par l'Ifop sur les soldes d'été, avec notamment un zoom particulier [...]

Retail Apocalypse... or not
Retail
Retail Apocalypse... or not

Retail Apocalypse... or not

Par Sarah Jarrot, consultante mc2i groupe

La " Retail Apocalypse " a encore frappé. Cette expression, utilisée par les Américains pour décrire le phénomène des effets néfastes du e-commerce [...]