Recherche

Une start-up chinoise lance une puce de consommation autonome

Publié par le - mis à jour à
Une start-up chinoise lance une puce de consommation autonome

Alors que les push notifications séduisent les consommateurs en quête de bonnes affaires, une entreprise de Guangzhou, en Chine, a décidé d'adapter son offre aux envies réelles de consommateurs grâce aux neurosciences.

  • Imprimer

La fin des listes de courses ? Une start-up chinoise, Dàge, annonce le lancement d'une puce qui pourrait bien révolutionner les comportements d'achat et le parcours client en magasin. Pour l'instant réservée à la grande distribution équipée de rayonnages connectés, l'offre de Dàge comprend une puce miniaturisée et sous-cutanée. Le système est pour l'instant en phase de test sur un échantillon de 200 volontaires. La pose s'effectue de la même manière que celle des implants contraceptifs. "Grâce à ce procédé, l'implant se retire très facilement", indique Richard Littler, un serial entrepreneur californien venu s'installer en Chine, CEO et cofondateur de l'entreprise.

Ce concentré de technologie s'assimile à un système d'analyse de big data personnel et capte les ondes cérébrales ainsi que les constantes vitales (rythme cardiaque, tension) de son porteur. Reliée au téléphone portable du consommateur, elle analyse les désirs du consommateur et dresse un profil-type. Le client renseigne son budget sur l'application. Lorsqu'il se trouve en magasin, la puce est capable d'analyser les ondes cérébrales et les battements de coeur de son propriétaire. Avant même que celui-ci ne prenne conscience de son désir d'achat, il reçoit une promotion sur son smartphone. "Ce système offre des promotions 100% personnalisées, qui aident le consommateur à se retrouver dans l'offre pléthorique des hypermarchés et à optimiser son budget en fonction de ses envies et besoin réels", explique le CEO.

Selon Richard Littler, la puce Dàge constituerait un nouveau point de contact avec le consommateur: "La puce peut d'ores et déjà réagir avec les rayonnages connectés des hyper et supermarchés (via l'étiquetage interactif) et adapter l'offre au profil de chaque consommateur. Ainsi, les points de vente seront en mesure d'identifier les profils sujets aux achats d'impulsion. Plusieurs acteurs de l'agroalimentaire nous ont déjà contactés." Cela pose toutefois une question d'éthique. Une grande surface chinoise de Guangzhou, exclue du programme de test, a ainsi programmé ses rayonnages pour faire grimper le prix du Da Baï Tu (équivalent local du Nutella) à l'approche de clients en surpoids. "Nous voulons encourager les bonnes pratiques et ne souhaitions pas associer Dàge à ce type de dérives", déplore Richard Littler.

D'ailleurs, l'entreprise envisage de nouer un partenariat avec le ministère de la Santé. "Les personnes dites "à risques", diabétiques ou surpoids ou confrontées à des problèmes d'alcool, seraient restreintes dans leurs achats. Il est possible de personnaliser le programme et de le modifier au fil du temps." Un développement en stand-by depuis l'agression d'une hôtesse de caisse par un consommateur mécontent.

La puce de consommation autonome, parviendra-t-elle à séduire la grande distribution à l'international ?




no pic

Stéphanie Marius

Secrétaire de Rédaction

Journaliste depuis trois ans, je suis actuellement éditeur plurimédia spécialisé dans le marketing. Je sélectionne et hiérarchise quotidiennement les [...]...

Voir la fiche