Recherche

[Publicité] Le marché se stabilise

Publié par le - mis à jour à
[Publicité] Le marché se stabilise

L'IREP qui a livré, mercredi 25 mai, les résultats du marché publicitaire de ce premier trimestre confirme la tendance décelée en 2015 : après plusieurs années de décroissance, les recettes publicitaires des médias historiques se stabilisent.

  • Imprimer

" De la stabilité, enfin ! " Sur une note optimiste, l'IREP (Institut d'Etude et de Recherche Publicitaire) a dévoilé mercredi 25 mai les résultats d'investissements publicitaires en valeur nette sur ce dernier trimestre.

Sur le périmètre observé (médias historiques, courrier publicitaire, imprimés sans adresse, hors Internet et mobile), les recettes publicitaires nettes des médias s'établissent à 2 023 millions d'euros, en très légère diminution de -0,1% versus -2,9% au premier trimestre 2015 et de -4,5% au premier trimestre 2014. Cette quasi-stabilité confirme la tendance mieux orientée constatée sur l'ensemble de l'année 2015.

Relire l'interview de Xavier Guillon, directeur général de France Pub, qui analyse les résultats de l'ensemble de l'année 2015 : " On détecte une sortie de crise "

Dans le détail, cette lente reprise est notamment portée par les recettes publicitaires de la télévision qui continuent de se redresser avec +2% au premier 2016, même si cette évolution positive est moins forte qu'un an auparavant (+3,0% au premier trimestre 2015). Elle est également le fruit des bons résultats des recettes publicitaires de la publicité extérieure (+6,7% vs -2,1% au premier trimestre 2015), la radio, (+3,1% vs -4,6%), le cinéma (+42,8% vs -9,0%). Ces différentes évolutions permettent aux médias historiques de progresser de +0,4% à 1 601 millions d'euros.


"Attention toutefois à relativiser ces chiffres", tempère Philippe Legendre, directeur délégué de l'IREP. "L'expérience des années précédentes a montré qu'un premier trimestre positif pouvait très bien être suivi d'un second beaucoup moins dynamique." Reste que la tendance de fond est en tout cas celle d'une sortie de crise : "Après une période marquée par de grandes secousses et une dégradation de leurs revenus, les médias historiques se sont adaptés à la révolution numérique en proposant aux annonceurs des offres qui conjugent la force de leur marque-média et l'intégration du digital", décrypte l'expert du marché.

Au final, dans le contexte économique de ce début d'année 2016 où la croissance affiche une progression de +0,5% et les dépenses de consommation de +1,2%, l'IREP maintient sa prévision d'évolution du marché publicitaire (y compris Internet) annoncée en mars dernier, de +1,0% pour l'année 2016.

L'ensemble des résultats du premier trimestre 2016 (et sa comparaison avec le premier trimestre 2015) :