L'e-mailing, un outil apprécié mais pas optimisé

Publié par le

En 2010, les annonceurs ont encore misé sur l'e-mailing dans leur stratégie marketing, selon une étude de Dolist. Mais ils n'optimisent pas suffisamment le ciblage et la mesure du ROI.

  • Imprimer

En 2011, 49 % des annonceurs prévoient d’augmenter leur budget e-mailing, et 45 % estiment que ce canal apporte un ROI de plus en plus satisfaisant. Telles sont les conclusions de Dolist, spécialiste de l’e-mail marketing, dans la 2e édition de son enquête Pratiques et tendances de l’e-mail marketing en France, menée en partenariat avec l’Aden, Association pour le développement de l’économie numérique. L’e-mailing apparaît encore comme un canal important dans la stratégie marketing des 400 entreprises françaises interrogées à cette occasion. Néanmoins, elles manquent parfois de rigueur quant à l’optimisation de cet outil.

En 2010, pour 67 % d’entre elles, les campagnes d’e-mailing ont un but informatif. 43 % des sondés les utilisent pour réaliser de la prospection. Seulement 24 %, contre 36 % en 2009, effectuent des e-mailings pour leurs enquêtes et leurs sondages. Cette baisse s’avère particulièrement néfaste à la bonne connaissance des clients et au ciblage des campagnes marketing.

Pour évaluer l’efficacité de leurs campagnes d’e-mailing, 34 % des annonceurs mesurent le taux d’ouverture, indicateur peu représentatif en termes de performance. En outre, 63 % suivent le taux de désabonnement, alors que seulement 29 % prennent en considération le nombre de plaintes. Autre chiffre décevant : seules 10 % des entreprises cherchent à calculer le ROI de leurs campagnes.

En 2010, les annonceurs se méfient de l’association e-mailing et réseaux sociaux. Ainsi, 39 % (contre 19 % en 2009) refusent d’associer ces deux canaux, en raison de premières expériences moins concluantes que prévu. Face à la tendance majeure du marketing mobile, seulement 36 % s’intéressent à l’optimisation des e-mails sur mobile, contre 49 % qui refusent de s’y investir.

Méthodologie :

La 2e édition de l’enquête Pratiques et tendances de l’e-mail marketing en France a été réalisée par Dolist et menée en partenariat avec l’Aden, Association pour le développement de l’économie numérique. Plus de 400 annonceurs français en B to B et B to C, de tous les secteurs confondus, ont été interrogés entre janvier et février 2011, via un questionnaire en ligne.

Claire Morel

Claire Morel

Rédactrice en chef adjointe

Rédactrice en chef adjointe pour Relation Client Magazine et Relationclientmag.fr, je traite de tous les sujets sur le secteur : stratégie de relation [...]...

Voir la fiche

Autres articles

La curiosité, clé d'ouverture des e-mails
La curiosité, clé d'ouverture des e-mails

La curiosité, clé d'ouverture des e-mails

Par

Un internaute recoit en moyenne 121 mails par jours Face la profusion e mailings comment les entreprises peuvent elles se demarquer En piquant [...]

Le print pour ma communication ? Le choix de la raison.
Le print pour ma communication ? Le choix de la raison.

Le print pour ma communication ? Le choix de la raison.

Par

Campagnes e mailing affichage digitalise bannieres web La communication est aujourd hui en grande partie dematerialisee Imprimeur de metier [...]

[Tendance] Le papier tient le haut de l'affiche
[Tendance] Le papier tient le haut de l'affiche

[Tendance] Le papier tient le haut de l'affiche

Par

Ringard le papier Ses performances et ses atouts indiquent le contraire Aux Etats Unis le mailing vivrait meme son retour en grace

E-mail vs SMS marketing : le match
E-mail vs SMS marketing : le match

E-mail vs SMS marketing : le match

Par

La mesurabilite et interactivite de e mailing tient dragee haute aux campagnes par SMS dotees une excellente delivrabilite selon etude menee [...]