Recherche

[Tendance] Du luxe made in ailleurs

Publié par le - mis à jour à
[Tendance] Du luxe made in ailleurs

Signe que le marché du luxe devient de plus en plus mature, les pays dits émergents ne se contentent plus du chic à l'européenne et plébiscitent des marques autochtones. Grisées par leur succès national, ces dernières se tournent désormais vers l'étranger.

  • Imprimer

En Afrique, en Amérique latine et en Asie, des marques autochtones haut de gamme commencent à se faire un nom et à émerger sur la scène internationale, notamment en Europe, terre historique du luxe. Un phénomène qui contribue à remettre en cause "un certain européocentrisme du secteur", selon Christophe Rioux, directeur du pôle luxe et création à l'ISC Paris. Habituellement associé à des produits de mauvaise qualité, le made in China voit ainsi peu à peu son image rehaussée grâce au développement, ces dernières années, de marques de luxe et premium. Les plus connues sont aujourd'hui Longio pour les montres, Ne Tiger en haute couture ou Herborist en cosmétique.

Autrefois exclusivement attirée par les firmes connues mondialement, la frange aisée de la population chinoise devient plus exigeante et se tourne désormais vers des marques domestiques haut de gamme telles que Moutai, un alcool blanc qui figure à la 13e position dans le classement Hurun des marques préférées des millionnaires chinois. Juste derrière Prada et devant Tiffany.

Luxe: l'Eldorado chinois ?

"Certains Chinois, riches depuis deux ou trois générations, maîtrisent maintenant tous les codes du luxe, explique Christophe Pradère, directeur de BETC Design. Ils ont un rapport plus fin et personnel au produit". Une tendance renforcée par les lois de moralisation imposées par le gouvernement pour lutter contre la corruption. Fini le bling-bling. Désormais, le premier critère, pour trois acheteurs chinois de produits haut de gamme sur quatre, est la qualité, selon une étude du cabinet de stratégie Simon Kucher & Partners, publiée en janvier 2014. Le développement des marques chinoises de luxe surfe également sur le "China pride", la fierté d'être chinois. "Quand un pays devient mature, il veut retrouver ses racines", poursuit Christophe Pradère.

Shang Xia, le luxe venu de Chine

Les produits remettant au goût du jour les traditions, le savoir-faire et l'histoire du pays sont donc prisés. Shang Xia (créée par Hermès) fait ainsi appel aux meilleurs artisans pour créer des vêtements de cachemire, des fauteuils en bois de rose ou des porcelaines fines tressées de bambou. Qeelin réinterprète en joaillerie les symboles chinois hérités des mythes et des superstitions. Le chausseur brésilien Carmen Steffens a investi 10 millions d'euros pour s'implanter en France, tout comme le joaillier H.Stern, dont l'égérie est Diane Kruger. Le Qatar, via le Qatar Luxury Group, a lancé en 2013 la marque Qela, qui affiche clairement des ambitions internationales. En Afrique du Sud, la toute jeune marque Yswara est, elle aussi, promise à un bel avenir (voir l'interview de sa fondatrice Swaady Martin-Leke page suivante).

Solenne Durox