Recherche

[Livre] Transformer une entreprise B to B en marque B to B

Publié par le - mis à jour à
[Livre] Transformer une entreprise B to B en marque B to B

L'ouvrage "Ma marque B2B, la rendre forte dans le monde numérique" remet en question la frontière historique entre marketing B to B et B to C, et transpose les stratégies de communication grand public à une clientèle professionnelle. Interview de son auteur, Bertrand Espitalier.

  • Imprimer

Bertrand Espitalier, directeur du développement et de la communication de l'agence Le Fil, signe un nouveau Carnet de la communication, consacré aux marketers de l'univers B to B et intitulé Ma Marque B2B, la rendre forte dans un monde numérique.

L'ouvrage part d'une hypothèse simple: les entreprises qui s'adressent aux professionnels perdurent trop souvent dans un système de communication trop daté et inefficace. Les marketers B to B se cantonnent à rédiger des argumentaires commerciaux à destination de leurs prospects et à vanter les bénéfices produits. La clé se situerait dans la mise en place de marques B to B fortes, dotées d'une identité réelle et utilisant les techniques de communication des marques B to C.

Pour ce faire, Bertrand Espitalier décompose sa démarche en huit étapes fondamentales: "intégrez une dimension émotionnelle", "posez les fondamentaux de la marque", "construisez votre schéma narratif", "chargez votre marque en contenu", "expérimentez le content as a service", "socialisez votre marque", "événementialisez votre marque", "attirez, détectez, nourrissez et recrutez des prospects". Le ton didactique de l'ensemble ainsi que les nombreux exemples rendent l'ouvrage accessible aussi bien aux marketers qu'aux dirigeants d'entreprises ou aux étudiants.

Un ouvrage proche du terrain

Des exercices concrets émaillent les huit chapitres (élaborer un pitch, rédiger un tweet, créer un schéma narratif dans le cadre du storytelling...). Des exemples de réalisations sont à télécharger (via des flashcodes) et le lecteur trouvera une liste des associations professionnelles et de solutions technologiques, assorties d'une webographie pour faciliter ses démarches. On pourra toutefois reprocher à l'ouvrage sa brièveté (24 pages).

Ma marque B2B, la rendre forte dans le monde numérique, par Bertrand Espitalier, aux éditions Carnetsdecom éditeur, 24 pages, 29,70 euros. Disponible également en version téléchargeable (14 euros).

Interview Bertrand Espitalier : "La marque BtoB est le 1er actif relationnel de l'entreprise"

L'auteur, Bertrand Espitalier, directeur du développement et de la communication de l'agence Le Fil, revient sur les préoccupations des marketers B to B, qui ont inspiré cet ouvrage.


  • Au sein de Ma Marque B2B, vous évoquez le digital pour expliquer le besoin de changement des entreprises B to B en marques B to B. Pourriez-vous revenir plus précisément sur les besoins exprimés par ces entreprises et sur les manques que vous avez constatés?

En entrant dans l'ère numérique, les entreprises se retrouvent confrontées à plusieurs enjeux. Tout d'abord l'évolution des modèles économiques et la création de nouvelles offres commercialisées de façon automatisée. C'est le cas de Dekra Industrial, leader européen de l'inspection et de la certification dans les domaines du bâtiment, de l'industrie, de l'environnement et du transport, qui a créé une offre en ligne, Dekra on demand, à destination des TPE, PME et indépendants. Cette logique d'e-commerce en B to B a pour conséquence un changement dans la nature du relationnel commercial, qui était initialement incarné par la force de vente.

Et justement, pour travailler le lien avec ses clients à l'heure de la dématérialisation, la marque B to B est le premier actif relationnel de l'entreprise. Sans travail de cette marque, le risque est de voir les clients zapper l'entreprise et s'en remettre à l'opportunité du moment proposée par la concurrence. L'autre enjeu est donc bien la marque B to B. Les entreprises ne vendent pas que des produits ou des services. Elles incarnent une vision, une croisade, et de plus en plus souvent l'envie de changer le monde. Elles s'appuient sur des valeurs. Les marques doivent exprimer clairement leur combat pour rallier à leur cause. La plupart des entreprises que nous rencontrons ont tous ces atouts, mais elles ne les ont pas forcément bien identifiés, bien organisés ou bien diffusés. En tant que conseil en stratégie de marque et en communication, nous ne créons rien d'artificiel mais nous organisons la formulation de la proposition de valeur en nous appuyant sur un storytelling pertinent et efficace.

Le troisième enjeu est la combinaison du content marketing avec l'automation marketing. Pour faire venir les clients à elles, nous rencontrons des entreprises qui travaillent d'ambitieuses stratégies de contenu. Nous rencontrons aussi des personnes convaincues de l'intérêt de solutions de marketing automatisé. La difficulté est de travailler les deux, en mettant l'outil d'automation marketing au service de la stratégie de contenu.


no pic

Stéphanie Marius

Secrétaire de Rédaction

Journaliste depuis trois ans, je suis actuellement éditeur plurimédia spécialisé dans le marketing. Je sélectionne et hiérarchise quotidiennement les [...]...

Voir la fiche
Qui sont les ambassadeurs de marques ?

Qui sont les ambassadeurs de marques ?

Qui sont les ambassadeurs de marques ? Qui sont les ambassadeurs de marques ?

Quelles sont les attentes et les motivations des personnes qui s'engagent pour les marques et partagent leur expérience en conseillant d'autres [...]

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

[Spécial B to B] L'e-commerce séduit le B to B

Dans 4 ans, une commande sur quatre en B to B sera effectuée sur un site de e-commerce, d'après l'étude sur la transition numérique & ecommerce [...]

Le Design Thinking au service du time-to- market

Le Design Thinking au service du time-to- market

Le Design Thinking au service du time-to- market

Poussées par un time-to-market toujours plus court, les grandes marques sous-estiment souvent les enjeux et les risques d'un projet digital. [...]