Recherche

Le big data enrichit l'expérience des fans

Publié par le - mis à jour à
Le big data enrichit l'expérience des fans

Dans le sport également, le big data fait sa révolution et favorise l'engagement par la personnalisation des messages.

  • Imprimer

L'utilisation de différentes données techniques dans le sport n'est pas nouvelle. Des capteurs vidéo mettent des statistiques des matchs à disposition des fans, des mesures quantified-self d'athlètes assurent une meilleure compréhension de chacun de leurs gestes. Plus qu'une simple composante facilitant le suivi d'un évènement sportif, le big data permet d'offrir aux fans une expérience personnalisée.

Dans leur désir d'aller plus loin dans l'engagement avec l'équipe ou l'athlète, les fans recherchent des données pertinentes.

Opta, fournisseur de données de performances sportives, collabore avec des médias, des sponsors, des détenteurs de droits. Il est surtout intéressant pour des clubs de proposer des statistiques afin d'attirer du monde sur leurs applications second écran et mettre à disposition des fans une expérience plus personnalisée.

"Le club va avoir un fan qui consomme des statistiques très basiques ou des stats collectives, puis, un grand fan qui aura besoin de plus de granularité dans les stats sur l'équipe et aussi un fan qui sera intéressé par les performances d'un joueur en particulier et qui cherchera de la statistique individuelle, explique Matthieu Lille-Palette, directeur grands comptes chez Opta. Ainsi, sur son second écran, le club proposera à chaque supporter ce dont il a besoin, sans empiéter sur l'expérience des autres. Chez Opta, nous réfléchissons à la manière de proposer des statistiques pour qu'elles amènent le fan à être acteur de l'expérience. Il y aura donc beaucoup de statistiques sur la page d'accueil (les stats basiques), et ensuite via des jeux d'onglets, de modules pop-up, etc., le fan va pouvoir rentrer dans les stats plus granulaires et construire son expérience autonome."

Personnaliser les stats pour chaque fan, avec la data

Personnaliser les stats pour chaque fan, avec la data

SAP, une autre entreprise de taille présente dans le domaine du big data, fournit également des données aux fans des sports. Pour la NBA, par exemple, SAP propose des statistiques complètes sur une page dédiée, stats.nba.com. Y sont notamment présentés plusieurs informations sur les joueurs (nombre de matchs et de minutes joués, nombre de fois que le joueur a eu la balle entre les mains...). "Ce qui intéresse la NBA, c'est le fan engagement, c'est d'aller chercher la relation avec le supporter. Le fan peut demander au système de montrer comment ce dernier arrive à calculer chaque indicateur en particulier. Comme l'analyse est basée sur des séquences vidéo des phases de matchs, le supporter peut revoir chacune d'elles. Le classique des fans, et surtout aux États-Unis, c'est de partager les informations avec son réseau. Chacune de ces séquences inclut alors les boutons de partage. Les fans peuvent également revoir des moments importants en utilisant une re-simulation (un replay complet à la fois de deux équipes)", illustre Frédéric Puche, executive briefing center director de SAP.

La plateforme des stats de la NBA ne se limite pas aux boutons de partage, elle permet aussi de suivre le parcours du fan et de lui proposer des produits dérivés en fonction de ses préférences. "Le service est gratuitement mis à disposition des fans, mais si les supporters commencent à consulter souvent les statistiques, le moteur de feed se déclenche et nous allons chercher à faire du merchandising", rajoute Frédéric Puche.

Les fans en quête de la réalité

La start-up Piq, spécialisée dans la mesure des performances sportives en temps réel, a collaboré pour sa promotion avec les diffuseurs TV. Piq a équipé les chevaux lors du championnat du monde du jumping avec des capteurs et fournissait le "air time" du cheval à chaque obstacle, ou encore, affichait la vitesse d'accélération en escrime. "Ce que nous fournissons, ce ne sont pas des stats, mais la performance physique de ce qui se passe sur le terrain. Si les statistiques procurent des informations, la performance de mesure des objets connectés donne de la réalité, nous livre Cédric Mangaud, co-fondateur de Piq. Quand un spectateur regarde un match de rugby dans son canapé et que deux joueurs se confrontent en plaquage, il peut se dire : "wow, il a tapé à 350 kg". Les gens cherchent du réel plus que des stats, car ils préfèrent savoir ce que cela fait vraiment. Je pense que les marques sont également plus intéressées, parce qu'il y a plus d'authenticité dans ce que les athlètes font sur le terrain, dans la réalité."

Les statistiques au service de l'image des clubs

Les détenteurs de droits peuvent se servir dans leur communication digitale des statistiques qu'ils proposent aux fans. Les clubs professionnels peuvent ainsi travailler la qualité de leur image en s'appuyant sur des données objectives. " Les clubs peuvent reprendre la main sur ce qui se dit autour d'eux. Les statistiques sont utilisées par les médias aussi, mais de manière différente. Quant au club, il peut choisir des statistiques en fonction des qualités et de la position du joueur, par exemple, mettre les stats offensives en avant pour un attaquant, en mettant ainsi en valeur ses joueurs. Le club peut donc s'approprier éditorialement les stats pour les adresser au bon public, de sorte que ce soit un élément positif pour tout le monde ", estime Matthieu Lille-Palette, directeur grands comptes chez Opta.

Sport Stratégies est une société d'information professionnelle, spécialisée dans le domaine du marketing sportif. Elle présente chaque semaine une information complète sur l'actualité du marketing et du sponsoring sportif, que ce soit par l'intermédiaire de son magazine SPORT Stratégies (hebdo) ou de son site Internet sportstrategies.com.


Alina Kitaran, en partenariat avec Sport Stratégies