Recherche

Solex convie les curieux et les fans à ses 70 ans

Publié par le - mis à jour à
Solex convie les curieux et les fans à ses 70 ans

Après un début d'année très occupé par les contingences industrielles, liées à la relocalisation de la production, Solex peut s'occuper de son anniversaire ! A la rentrée, la marque organisera de nombreux événements qui mettront en avant son savoir-faire et son univers de marque.

  • Imprimer

Chez Solex, la rentrée 2016 sera placée sous le signe des festivités ! Pour célébrer les 70 ans du célèbre deux roues, désormais positionné sur le marché vélo à assistance électrique (VAE), son propriétaire Easybike a prévu un programme qui met en valeur le produit, mais aussi le projet de relocalisation industrielle, au coeur de la relance de la marque. "Aujourd'hui, 100 % des Solex sont fabriqués en Normandie, à Saint-Lô. Nous avons gagné en réactivité. Un certain nombre de partenariats à l'export ont été conclus sur des marchés matures comme l'Allemagne, la Belgique et l'Italie", souligne Grégory Trebaol, président d'Easybike.

L'usine normande en vedette

La nouvelle usine, opérationnelle depuis la rentrée 2015, produira une série limitée de 70 Solex issue d'un partenariat avec la marque Elle (Lagardère Active). A l'automne, le site accueillera la matinale d'une radio nationale. En novembre, deux de ses lignes d'assemblage seront délocalisées sur le quai de déchargement du BHV Marais, entre le grand magasin et le concept store de Solex, rue de la Verrerie. Le temps d'un week-end, les passants pourront assister "en live" à l'assemblage des vélos.

Cette séquence "industrielle" se doublera d'un volet plus people, également organisé avec le BHV Marais. La série limitée Elle et les différentes expressions de la marque seront présentées lors d'une soirée VIP. Un café éphémère sera installé, probablement sur le toit du grand magasin. Le parrain et la marraine, que Solex est en train de choisir, seront associés à la fête. Fin 2016, pour les 160 ans du BHV, la marque proposera une série limitée de Solex BHV. Tous ces événements seront soutenus par un dispositif de communication, qui commencera à se déployer à Paris, plutôt au cinéma, avant de s'élargir.

Une expo et des trottinettes en 2017

Les initiatives ne se tariront pas à la fin de l'année. Dans la lignée du partenariat avec Elle, Solex va travailler sur des séries limitées avec des marques de textile ou des couturiers : "En 2017, nous les inviterons à créer un modèle Solexity, qui sera ensuite vendu aux enchères au profit d'une cause sociale", précise Grégory Trebaol.

Solex va aussi revenir sur la trottinette, que la marque avait déjà proposée par le passé, sans grand succès. "Nous allons retravailler ce produit en misant sur le design et la qualité, sans se concentrer uniquement sur la trottinette électrique", précise-t-il.

Pour fédérer la communauté des fans de Solex, la marque veut aussi organiser une exposition temporaire, probablement en avril et mai, sur une thématique qui reste encore à définir. L'événement sera l'occasion d'exposer la collection détenue par l'entreprise, mais aussi celles de quelques collectionneurs privés. L'exposition réunira les clubs Solex, qui sont de grands ambassadeurs de la marque, et de créer le parallèle avec le vélo électrique. Le travail sur la marque réalisé à cette occasion viendra nourrir la bibliothèque d'archives, qui sera ensuite mise à disposition des amoureux de Solex qui souhaiteraient animer leur blog.

L'usine de 4000 m² située à Saint-Lô peut produire plus de 30 000 cycles électriques par an pour les trois marques Easybike, Solex et Matra. La relocalisation industrielle était au coeur de la relance de Solex, marque emblématique du Made in France. Selon les modèles, les prix des Solex se situent entre 1500 et 2500 euros. Le prix moyen (1800 €) est supérieur à celui d'un vélo à assistance électrique (1000 € en France).

À lire aussi : Renaissance : Solex, le retour du mythique cyclomoteur