Recherche

Pascal Gadroit (Sogec): "Donner aux annonceurs les moyens de leurs ambitions"

Publié par le - mis à jour à
Pascal Gadroit (Sogec): 'Donner aux annonceurs les moyens de leurs ambitions'

Redéfinition des orientations stratégiques, acquisitions d'entreprises en vue d'élargir un portefeuille de savoir-faire déjà reconnus, Sogec est aux avant-postes de l'actualité. Son directeur général, Pascal Gadroit, décrypte les ambitions de l'entreprise...

  • Imprimer
  • Nouvelle identité de marque, définition de nouveaux axes stratégiques, acquisition de technologies externes, Sogec est à la manoeuvre, depuis plusieurs semaines. Quel est votre objectif principal ?

Pascal Gadroit : En effet, notre actualité est riche, mais il ne s'agit finalement que d'un processus assez logique amorcé depuis 2010, lorsque Sogec a été racheté par le groupe La Poste. Après une première phase d'état des lieux, de mise sur pied des objectifs à atteindre et des moyens à concentrer pour y parvenir, nous nous sommes mis en ordre de marche. Depuis 2014, nous travaillons à ce " repositionnement " en étant guidés par l'ambition de devenir le leader européen du marketing promotionnel et relationnel.

L'année 2015 et le premier semestre 2016 se sont caractérisés par l'acquisition des compétences extérieures qui concourent à nous inscrire dans notre coeur de métier : le drive-to-store et le sell-out in store. En d'autres termes, nous proposons un écosystème complet pour amener le consommateur dans les points de vente de nos clients, et lorsqu'ils y sont, nous déployons notre arsenal pour que l'acte d'achat soit le plus simple et le plus naturel possible. Nous tenons ainsi à la disposition des annonceurs des applications telles que Plyce (qui propose de bons plans géolocalisés), Quoty (avec ses quelque 70 coupons personnalisés) ou encore Budgetbox qui permet de cibler les shoppers avec des communications personnalisées selon leur comportement d'achat passé et/ou en temps réel (in store, sur le drive ou le mobile). Notre dernière acquisition, Kimple de Cassiop, permettra désormais aux annonceurs, sur la base d'une quarantaine de modèles personnalisables, de créer des jeux afin de soutenir leurs opérations marketing. Cet écosystème nous permet de répondre aux enjeux des annonceurs et des consommateurs.

  • Les solutions étant entrées dans le giron de Sogec, à quelle échéance pensez-vous être en phase avec les objectifs que vous vous êtes fixés ?

Nous comptons aller vite. En 2017, notre offre sera déployée au Portugal, en Espagne et en Roumanie. La montée en puissance est d'ores et déjà amorcée et, alors que nous exploitons Quoty depuis quelques semaines, les résultats sont déjà en phase avec nos objectifs prévisionnels. C'est tout l'avantage que nous tirons de cette stratégie qui a consisté à réaliser des acquisitions d'outils déjà opérationnels. Nous ne sommes pas partis d'une feuille blanche. Nous fonctionnons en mode agile, nous agrégeons les compétences et offrons des résultats opérationnels immédiats car nous considérons que notre mission consiste à donner aux annonceurs les moyens de leurs ambitions.

  • Avec cette stratégie, Sogec réalise un grand écart. D'un côté la puissance et l'inertie du groupe La Poste, de l'autre l'agitation, et l'innovation portée par l'esprit start-up des solutions récemment acquises. Comment un directeur général tel que vous gère-t-il cette situation ?

Sogec est une filiale importante au sein du Groupe La Poste, mais nous ne sommes qu'une activité complémentaire. Nous nous pensons comme un outil utile au développement de la Poste et nous fonctionnons en quelque sorte comme un trait d'union entre deux univers. C'est un atout car nous agissons comme un trublion grâce à notre esprit start-up mais nous savons conserver la tête froide face à l'innovation. Nous ne nous contentons pas de l'innovation pour l'innovation. Celle-ci doit apporter une valeur ajoutée tant au consommateur qu'à nos clients annonceurs. Ce recul, c'est de la puissance de La Poste que nous le tirons !