Recherche

Objets connectés : 61% des Français seraient prêts à vendre leurs données

Publié par le | Mis à jour le
Objets connectés : 61% des Français seraient prêts à vendre leurs données

Pour les Français, la sécurisation des données reste un frein majeur à la démocratisation de la maison connectée. A moins d'une rémunération en échange du partage de cette data.

  • Imprimer

Les objets connectés ne se portent pas seulement au poignet : la domotique, qu'elle intervienne sur les tâches ménagères ou la consommation d'énergie gagne de plus en plus de foyers. En juillet dernier, l'éditeur de logiciel anti-virus Intel Security a missionné le cabinet Vanson Bourne pour faire un état des lieux de l'Internet des Objets et plus particulièrement de la maison connectée. L'étude "The Internet of Things and the Smart Home" livre le ressenti de 9000 consommateurs de 9 pays vis-à-vis de ce phénomène qui, selon 69% du panel, sera aussi répandu que les smartphones d'ici 2025.

Les Français soucieux de la sécurité de leurs données

Si les consommateurs semblent en partie séduits par les promesses de la maison intelligente, Steve Grobman rappelle la condition sine qua non : "les consommateur ont adopté un regard positif sur la maison connectée et ils seraient prêts à y succomber sous couvert de l'assurance de dispositifs totalement protégés". En effet, 81% des Français consultés redoutent que leurs données personnelles soient utilisées à des fins marketing. Le piratage de data rentre aussi en considération pour 90% d'entre eux. La question de la fiabilité du mot de passe, soulevée par Vanson Bourne, pourrait être résolue par l'authentification digitale désignée par 49% du panel, la reconnaissance vocale (41%) ou encore l'identification oculaire (39%).

Aux fabricants donc de proposer un niveau de sécurité suffisant pour protéger l'ensemble de l'écosystème de la domotique et les données associées. Ou alors de mettre en place une forme de compensation : paradoxalement, les français seraient moins regardants sur l'utilisation commerciale de leurs données si elles leurs étaient achetées (61%) ou s'ils obtenaient des coupons de réduction en échange (64%).

La maison intelligente au service de l'homme

Les Français sont-ils donc prêts à adopter la maison intelligente ? "Les technologies dédiées à l'habitat intelligent, et les données qui lui sont associées, ont le potentiel d'améliorer la vie de tous les jours de chaque individu" indique Steve Grobman, le directeur technique d'Intel Security. En France, les individus interrogés approuvent, puisque pour 77% d'entre eux, la maison connectée est susceptible d'améliorer leur qualité de vie. Ces technologies, quelles sont-elles ? Les répondants français sont 75% à citer l'éclairage intelligent comme la première des innovations qu'ils aimeraient utiliser dans les dix prochaines années, suivie par le thermostat et la chaudière intelligente (65%), les appareils de cuisine et machine à laver connectés (59%), les dispositifs médicaux (39%) ainsi que les robots de ménage (34%).

Le bénéfice escompté, lui, est double. Les consommateurs français attendent de la maison connectée avant tout un gain de temps, notamment en diminuant la durée consacrée aux tâches ménagères comme l'évoquent 53% des personnes interrogées dans l'Hexagone. L'objectif étant pour 50% d'entre elles d'accéder à plus de temps pour soi, en famille (41%) ou entre amis (26%). Les économies financières font également partie des motivations, avec en ligne de mire la gestion de la consommation d'énergie, afin de réduire les factures de chauffages et d'électricité/gaz pour respectivement 50% et 53% du panel.