Recherche

Interview : Francis Moureaux, directeur général d'Affimétrie

Publié par le - mis à jour à
Interview : Francis Moureaux, directeur général d'Affimétrie

La démocratisation des smartphones et l'essor des technologies connectées ont fait naître de nombreuses sources de données géolocalisées, offrant de nouvelles perspectives d'analyse de la mobilité. Le point avec Francis Moureaux, directeur général d'Affimétrie.

  • Imprimer

Sur quelles évolutions de la mesure d'audience travaille Affimétrie ?

Francis Moureaux : Nous procédons en permanence à la mise à jour de l'ensemble des facteurs susceptibles d'influer sur les performances des réseaux présents dans chacune des 450 agglomérations de plus de 10 000 habitants. Après le lancement en 2015 de la nouvelle audience et de l'outil de médiaplanning MOOHV (Mediaplanning Out Of Home Value), Affimétrie prépare en 2016 la mise à jour de la mobilité des résidents de chacune de ces agglomérations.

Comment tirez-vous parti des nouvelles technologies pour affiner la mesure ?

Nous avons développé notre expertise de la mobilité en menant chaque année de vastes programmes d'enquêtes (Geocati). La démocratisation des smartphones et l'essor des technologies connectées ont fait naître de nombreuses sources de données géolocalisées (applications, voitures connectées, GPS embarqués, réseaux sociaux, institutions et collectivités...) offrant de nouvelles perspectives d'analyse de la mobilité. Nous sommes donc particulièrement attentifs à l'évolution de ces nouvelles sources. Affimétrie vient d'ailleurs de missionner Veltys, cabinet de conseil en stratégie spécialisé dans l'analyse des données et la modélisation statistique, afin d'explorer les possibilités de rendre encore plus dynamique et plus précis le calcul des performances de tous les supports de communication extérieure.

Allez-vous développer vos mesures sur de nouveaux univers ?

La nouvelle frontière pour Affimétrie, c'est l'univers indoor. Les enquêtes mobilité que nous menons sont uniquement réalisées sur l'univers urbain et ne couvrent donc pas cet univers spécifique. La solution pourrait venir de l'analyse des perspectives offertes par les nouvelles sources de données de mobilité. Nous travaillons également avec le Centre d'étude des supports de publicité (CESP) sur une méthodologie d'hybridation de la mesure Affimétrie, sur laquelle nous sommes actuellement en phase de test.

Christine Monfort