Recherche

[Fiche métier] Qu'est-ce qu'un médiaplanner?

Publié par le - mis à jour à
[Fiche métier] Qu'est-ce qu'un médiaplanner?

Définition, missions, profil, salaire : faites le tour d'une profession marketing.

  • Imprimer

Le médiaplanner est chargé de programmer des campagnes publicitaires résultant d'études statistiques. Il élabore un plan média en organisant sa campagne à travers des affichages, des articles de presse, des spots télévision, des annonces radio ou des articles web. C'est lui qui coordonne les campagnes à la fois sur le web et dans les médias traditionnels.

Le médiaplanner doit élaborer une stratégie efficace qui lui permet de déterminer les meilleures manoeuvres à mettre en place. Son objectif est de maximiser l'image médiatique de l'entreprise pour laquelle il travaille en faisant le lien entre les annonceurs et les vendeurs d'espaces publicitaires.

Son salaire oscille entre 1600 € brut par mois pour un débutant et 3000 € brut par mois après quelques années d'expérience.

Ses missions


En tant qu'expert des médias du web et des médias traditionnels, le médiaplanner s'occupe de la totalité de la mise en place de la diffusion d'une publicité.

1. Analyse et compréhension des objectifs du client

Sa mission consiste d'abord à analyser les études de marché et les statistiques afin d'élaborer un plan média efficace et adapté. Son projet doit être axé à la fois sur le produit et sur la cible de consommateurs. Cette première approche implique également une obligation de résultat en fonction du budget alloué à son projet. Grâce à l'utilisation d'outils chiffrés, il élabore un plan d'action afin d'optimiser son budget. C'est la phase de sélection des supports publicitaires.

2. Réalisation d'études stratégiques et d'une expertise publicitaire

Après analyse, le médiaplanner rentre dans le vif du sujet. Il met en place un planning précis avec l'ordre chronologique de diffusion de chaque support sélectionné durant la première phase. Il prend ensuite contact avec les vendeurs d'espaces publicitaires et utilise ses qualités de négociateur afin d'obtenir le maximum d'espace tout en respectant le budget de son client. Il évalue ensuite le coût et l'impact de la campagne publicitaire et ajuste ses choix.

Le médiaplanner s'occupe de monter un dossier avec toutes les données obtenues lors des phases précédentes. Parmi ces données, il présente un calcul précis du ROI (retour sur investissement), ce qui lui permet d'obtenir le taux d'efficacité de sa campagne en comparant son coût total et le degré d'atteinte du public visé. Il présente au commanditaire son expertise publicitaire dans le détail et attend la validation avant de poursuivre son projet.

Le médiaplanneur peut aussi déployer de nouvelles méthodologies d'étude, piloter des prestataires externes, implémenter de nouveaux outils de mesure ou encore instaurer de nouveaux indicateurs de suivi de marché.

Dans l'entreprise, il est rattaché au planner stratégique et au directeur de clientèle. Il travaille au quotidien avec les chefs de publicité, les directeurs de clientèle, les acheteurs médias, les trafics managers, les équipes informatiques, ainsi que les directeurs marketing ou directeurs de la communication.

Les profils les plus recherchés


Le secteur du marketing fait généralement appel à des cadres de niveau bac + 5. Le médiaplanner peut soit être issu d'une formation commerciale, soit être diplômé du Celsa ou de l'IEP, ou encore être titulaire d"un Master Pro en marketing, en publicité, en communication, en gestion, en statistiques ou encore en économie. Il existe également une licence pro métiers du médiaplanning proposée par l'IUT Michel de Montaigne à Bordeaux.

Plusieurs écoles sont également très prisées des recruteurs. C'est par exemple le cas de l'École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique (ENSAE), des grandes écoles de commerce comme HEC, Audencia ou Essec ou encore des instituts d'études politiques comme Sciences-Po Paris.

Le médiaplanner a un esprit scientifique. Il a le goût des chiffres à des fins d'analyses et maîtrise les outils opérationnels comme ceux de benchmark média/support, de simulations tarifaires, de cartographie marketing et de gestion plurimédias. Il maîtrise les logiciels de bureautique que sont Word, Excel et PowerPoint ainsi que les logiciels CRM, de gestion publicitaire et de mesure statistique.

Passionné par les différents supports médias, il les connaît, les comprend, et est capable d'en discerner les différents enjeux. Il a une connaissance parfaite du fonctionnement de la presse, du web, des affichages, de la radio, de la télévision et du cinéma.

Il possède également une excellente culture économique et connaît les acteurs du marché ainsi que leurs offres. Ce savoir lui permet notamment d'estimer les rendements au plus juste. Il dispose aussi d'excellentes aptitudes commerciales : argumentation, force de proposition et négociation. Trois qualités indispensables pour remporter les marchés au quotidien.

Le médiaplanner possède également de bonnes capacités rédactionnelles qui lui permettent de rédiger des synthèses, des présentations d'expertise publicitaire et des bilans de campagne. Doté d'un esprit critique aiguisé, il analyse les résultats de manière objective et les exploite afin de fournir des analyses cohérentes, justes et représentatives.

Le métier de médiaplanner est réservé aux personnes curieuses, qui n'hésiteront pas à investiguer de longues heures afin de développer des stratégies uniques et d'obtenir des résultats fiables et concrets.

Travaillant dans un domaine en constante évolution, il doit effectuer un long travail de veille. Sa passion pour les médias lui permet de se rendre disponible pour faire face à des délais souvent très courts.

Enfin, le médiaplanner doit disposer d'excellentes qualités relationnelles. Travaillant en collaboration permanente avec de nombreux acteurs dans le domaine du marketing, de l'économie et de la publicité, il doit être en mesure de maintenir un bon esprit d'équipe. Ses qualités relationnelles sont également mises à profit en dehors de l'entreprise, lors de ses échanges avec les vendeurs d'espaces publicitaires.


La rédaction