Recherche

[Tribune] Un marketeur doit-il partir en vacances ?

Publié par le - mis à jour à
[Tribune] Un marketeur doit-il partir en vacances ?

Comme chaque mois, Hervé Kabla (agence Be Angels) s'interroge sur une tendance ou un comportement marketing. En ce début d'été, il pose, une fois de plus, la bonne question !

  • Imprimer

Ça y est, le mois de juillet est arrivé ! La pause estivale prend enfin sa forme. Vous l'avez patiemment façonnée durant ces dernières semaines, planifiant le départ des enfants en colo ou chez les grands-parents, avez réservé la destination de vos rêves ainsi que les moyens de transports qui vous y mèneront, et d'ici quelques semaines pour les uns, quelques heures pour les juilletistes, ce sera le grand départ. La transhumance. Le break. La glande pendant deux, trois, voire quatre semaines et plus pour les plus chanceux.

Mer ou montagne, France ou étranger, seul(e), en couple ou avec des amis, peu importe. Les vacances c'est sacré, et nombreux sont celles et ceux qui mettront l'esprit en jachère pendant ce laps de temps. Funeste erreur. Car cette période de calme relatif peut et doit être mise à profit. Il ne s'agit pas de partir avec vos devoirs de vacances, façon passeport pour la 6e, mais de comprendre ce que cette période particulière peut vous apporter professionnellement ; voici comment.

Observez les professionnels du tourisme en action

Le monde du tourisme a connu des évolutions majeures ces dernières années. L'irruption d'Airbnb a complètement bouleversé le domaine de la réservation hôtelière ou des locations saisonnières. Revendiquant un million d'annonces dans 190 pays, Airbnb occupe désormais une place significative dans le paysage, et ses concurrents, comme Accor ou Home Away, doivent se positionner par rapport à lui dans toutes leurs initiatives, en termes d'offres ou de parcours client.

Pourquoi ne pas découvrir un nouveau service ?

Pourquoi ne pas découvrir un nouveau service ?

Airbnb est un des porte-drapeaux de cette génération d'entreprises, qui comme Uber, Coursera ou Lending Club, ont fait irruption dans des secteurs économiques qui paraissaient ne plus évoluer depuis quelques années. Mieux, leur mode de diffusion totalement numérique, et leurs modèles économiques non plus basés sur la propriété mais l'utilisation d'un service, ont à la fois séduit des millions d'utilisateurs, et commencé à mettre en danger les positions stratégiques des acteurs déjà en place : on parle de " disruption ".

Cette disruption doit-elle vous inquiéter ? Oui, absolument, car l'acteur qui viendra bousculer le secteur dans lequel vous êtes présent est peut-être déjà créé. Qui sait si le paysage compétitif sera le même à votre retour de vacances ?

Contemplez la transformation digitale

Le numérique est bien présent partout, et on peut le voir si on apprend à bien l'observer, comme dans cette photo prise dans un autocar qui vous mène de l'aéroport de Florence au centre de cette superbe ville de Toscane (l'oeil exercé y retrouvera les lignes de commande d'un système d'exploitation bien connu de nos lecteurs...).

Le numérique est partout disais-je, et surtout au bout des doigts. On ne compte plus les applications mobiles conçues pour vous aider à préparer vos vacances, à passer un séjour de rêves, à organiser vos visites ou vos loisirs, à réserver vos repas ou à baragouiner la langue du pays.
[Nouvelles lectures ? Nouvelles rencontres ? Lire la suite page 2
]




Hervé Kabla, directeur général de Be Angels