Recherche

[Étude] Les Français aiment l'imprimé publicitaire

Publié par le | Mis à jour le
[Étude] Les Français aiment l'imprimé publicitaire

La récente étude menée par Adrexo avec Ipsos confirme l'attachement des Français à l'imprimé publicitaire, qu'ils consultent aussi parfois en ligne.

  • Imprimer

Les résultats de la nouvelle étude menée par Adrexo avec Ipsos (1) sont sans équivoque : les Français aiment l'imprimé publicitaire! Neuf lecteurs sur 10 le consultent dès réception, surtout lorsqu'il s'agit d'un dépliant alimentaire (le plus lu) mais aussi lorsqu'il concerne d'autres secteurs. 56 % des Français affirment lire au moins une fois par semaine les dépliants bricolage, 48 % ceux de la maison, 47 % ceux du jardin et 46 % ceux de l'habillement. " D'ailleurs, de nouveaux acteurs de la distribution spécialisée viennent sur ce média, comme Darty par exemple ", souligne Caroline Villecroze, directrice marketing et innovation chez Adrexo.

La raison de ce succès ? L'imprimé publicitaire apporte un service réel et d'ailleurs, 70 % des Français lisent un prospectus au moins une fois par semaine (2).

Un média efficace pour les enseignes connues

Cet intérêt est particulièrement vrai dans l'alimentaire (79 % des sondés consultent l'imprimé dès réception) mais aussi dans le bricolage (72%), la maison (70%) et le jardin (66%). Un peu moins dans l'habillement, cité dans 59 % des cas seulement.

De manière générale, le prospectus donne une vision rapide et complète des promotions du moment (94 % des réponses), permet de comparer les prix des différentes enseignes (84 % des réponses) et d'optimiser son budget. 90 % des lecteurs de prospectus affirment aussi qu'il leur permet de trouver les offres les plus économiques du moment et même, pour 82 % des interviewés, d'acheter malin. 53 % vont jusqu'à garder les prospectus des enseignes dont ils connaissent le nom. " A contrario, si le distributeur n'est pas connu, le prospectus n'est pas regardé. Inutile donc pour un distributeur encore peu connu de recourir à ce média ", souligne-t-elle.

Un média qui procure du plaisir

La dimension plaisir occupe aussi une place importante dans la consultation du document. Si le prospectus alimentaire reste le plus apprécié (73 % des sondés), les autres secteurs ne sont pas en reste. 70 % plébiscitent le dépliant maison, 69 % celui du bricolage, 67 % celui du jardin et 61 % celui de l'habillement.

De manière générale, 85 % des lecteurs disent découvrir de nouveaux produits et 86 % estiment que l'imprimé publicitaire leur donne des idées. " À la vue des réponses, on se rend bien compte que l'imprimé publicitaire joint l'utile à l'agréable, commente Caroline Villecroze. Et clairement, il stimule l'achat ".

Les chiffres sont éloquents : 76 % répondent que grâce au prospectus, ils préparent leurs courses sans contrainte, transformant cette corvée en un moment d'agréable. Pour 65 % des lecteurs, il donne même une vision des produits comme si le magasin entrait à la maison.

Un média qui se digitalise

Et le digital dans tout cela ? Il apporte sa pierre à l'édifice, comme le confirme Caroline Villecroze. "56 % disent avoir déjà consulté les versions numériques des prospectus. Pour 55% des sondés, cela leur permet d'avoir accès aux promotions n'importe où, n'importe quand et pour 53% d'entre eux, de trouver des offres à proximité grâce à la géolocalisation".

Reste que les enseignes recherchent aujourd'hui à relier les différents usages pour le compte du consommateur, de la manière la plus fluide possible. D'où l'intérêt d'applications comme Promodeclic (lancée en juin dernier par Adrexo), qui enrichit l'expérience consommateurs avec de nouveaux services, comme recevoir des promotions en rapport avec sa liste de courses, des alertes sur les produits en promotions...

Les annonceurs ont bien compris l'efficacité de l'imprimé publicitaire puisqu'en 2014, il a été le troisième média le plus investi en France, avec 3 milliards euros dépensés.

(1) Étude Adrexo/Ipsos sur l'imprimé publicitaire et le Français, menée sur cinq secteurs : GMS, bricolage, jardin, maison et habillement, octobre 2015

(2) Balmétrie, 2014