Recherche

[Rencontres] L'innovation, au coeur de la stratégie de Philips

Publié par le | Mis à jour le
[Rencontres] L'innovation, au coeur de la stratégie de Philips

La lumière intelligente ? Philips. L'échographie à distance ? Encore Philips. La première marque de petit électroménager dans le monde ? Toujours Philips ! L'innovation est le moteur du groupe, comme l'expliquent Marc-Antoine Hennel et Alexandre Télinge.

  • Imprimer

LES INVITÉS:
A gauche: Marc-Antoine Hennel, directeur de la stratégie
A droite:
Alexandre Télinge, directeur du marketing, de la communication et du digital chez Philips

Quelle est la place de l'innovation au sein de Philips ?
Alexandre Télinge:
Elle occupe une place centrale depuis la fondation de l'entreprise, en 1891. D'ailleurs, elle figure expressément dans notre nouvelle signature de marque, "Innovation and you". La seule différence avec hier, c'est qu'aujourd'hui, l'innovation s'exprime sous des formes multiples : nouveaux produits, mais aussi nouveaux business models, nouveaux outils marketing, nouvelles façons de servir nos clients...

Marc-Antoine Hennel: Nous sommes le deuxième plus grand dépositaire de brevets en Europe. Nous en possédons 71 000 à date et nous consacrons 8% de notre chiffre d'affaires à la R & D, soit près de 1,6 milliard d'euros. Si l'innovation est aussi importante pour nous, c'est parce que nous sommes positionnés sur des secteurs concurrentiels, qui exigent de rester constamment à la pointe pour conserver notre place de leader. L'enjeu est de taille : nos deux plus importants marchés, la santé et l'éclairage, sont respectivement évalués à 100 et 60 milliards d'euros.

Quelle est l'innovation Philips dont vous êtes le plus fiers ?
A.T: Nous ne proposons que des innovations qui ont du sens et qui améliorent véritablement la vie des personnes. À ce titre, je suis particulièrement attaché au dispositif SchoolVision. Il s'agit d'un système d'éclairage qui contribue à améliorer les conditions d'apprentissage, en modulant ­l'intensité et la couleur de la lumière dans les salles de cours. Les résultats des études menées sur de jeunes écoliers, en partenariat avec le Centre du sommeil et de la vigilance de l'Hôtel-Dieu, sont très intéressants : une vitesse de travail augmentée de 30 % et un nombre d'erreurs divisé par trois.

M-A.H: Nous avons une responsabilité environnementale importante, du fait de nos métiers. C'est pourquoi je suis sensible, pour ma part, à notre solution Li-Fi. Celle-ci permet de gérer intelligemment les besoins en énergie. Nous l'avons installée au siège de Deloitte, à Amsterdam. Le principe consiste à véhiculer l'information par la lumière LED et à relier les luminaires au réseau informatique, ce qui simplifie l'infrastructure (câbles, armoires électriques etc.). Cela permet au facility management de mieux gérer le bâtiment et à chaque utilisateur de piloter son environnement simplement via son smartphone.

"Nous consacrons 8% de notre chiffre d'affaires à la R & D, soit près de 1,6 milliard d'euros"

Comment valorisez-vous vos innovations ?
M-A.H: Chaque innovation doit apporter un bénéfice d'usage réel aux consommateurs. Avec preuve à l'appui, comme les études cliniques dans le cas de l'imagerie médicale. C'est un prérequis. Valorisée de la sorte, l'innovation que nous apportons incite les hôpitaux à s'équiper ou à changer plus rapidement l'appareil qu'ils possèdent.

A.T: À charge pour le marketing de mettre en valeur tous les avantages offerts par l'innovation, afin que le client se l'approprie le plus rapidement possible. Prenons l'éclairage. Les jardins du Domaine de Chaumont-sur-Loire, grâce à leur mise en lumière réalisée à base de LED Philips, ont vu leur fréquentation dopée de 30 % et ce, à moindre coût (deux euros par nuit pour la totalité du parc). Il s'agit d'une plateforme idéale pour montrer notre savoir-faire. Et nous publions, chaque année, un ouvrage qui est envoyé aux 950 maires de villes de plus de 10 000 habitants de France, un livre utile en termes d'image mais également générateur de business. Cliquez ici pour continuer la lecture de cet entretien sur la page suivante.


Christelle Magaud