Recherche

[Portrait Conso] Qui sont les "sobres heureux" ?

Publié par le - mis à jour à
[Portrait Conso] Qui sont les 'sobres heureux' ?

Consommer moins est leur credo, Vers la Sobriété heureuse, leur ouvrage de chevet et Pierre Rabhi, leur maître à penser. Qui sont-ils ?

  • Imprimer

Les sobres heureux partagent la même conviction : c'est en réduisant fortement la voilure que l'humanité retrouvera les chemins du bonheur. On compte environ 15 % de convaincus aujourd'hui en France. Pour eux, les magasins sont envahis de produits superflus et nos villes sont défigurées par les panneaux publicitaires. Pour vivre mieux, une seule option à leurs yeux : consommer moins.

Ces chantres de la frugalité ne sont ni de vieux grincheux ni des hippies rétrogrades et encore moins des bobos barbus. Aujourd'hui, les adeptes de la sobriété heureuse se recrutent dans toutes les générations et appartiennent à tous les milieux.

Sur la voie de la déconsommation

La première chose qui les distingue est qu'ils se sentent plus concernés que la moyenne des Français par l'avenir de la planète. Ils ont de plus en plus de mal à vivre dans des régions où la pollution augmente chaque année.

Au-delà de l'environnement, c'est l'état économique de la France qui les préoccupe

Ils sont frappés par la montée des inégalités sociales. Et ils ne se font pas beaucoup d'illusions sur la capacité des responsables politiques à affronter ces défis.

Pourtant, ce désenchantement ne les empêche pas de continuer à vouloir changer la société. De fait, ils sont nettement plus politisés que la moyenne des Français. Et si, globalement, leur coeur penche légèrement plus à gauche (notamment du côté des ­écologistes), le plus frappant est que l'on les retrouve dans tous les partis, y compris parmi les sympathisants UMP ou FN. La sobriété heureuse est un idéal qui traverse les clivages idéologiques. À les voir s'engager sur la voie d'une déconsommation active et d'une simplicité volontaire, certains les imaginent volontiers en militants passéistes. Il est vrai qu'ils disent s'inspirer de plus en plus des valeurs du passé. Il est vrai aussi que beaucoup ressentent souvent l'envie de se déconnecter de leurs appareils technologiques.

Ils utilisent autant les nouvelles technologies que le reste des Français et la grande majorité d'entre eux estime qu'elle leur simplifie la vie.

Pour les repérer, il faut surtout observer leurs comportements. Les sobres heureux recyclent beaucoup plus que la moyenne, utilisent le moins possible leur voiture et préfèrent recourir au covoiturage. Ils limitent le chauffage de leur logement, achètent des produits de saison et trient avec application leurs déchets. Leur alimentation est beaucoup plus bio et respectueuse de l'environnement que celle de la moyenne des Français. Ils aiment s'approvisionner auprès des producteurs locaux et sont des clients réguliers des Amap (Associations pour le maintien de l'agriculture paysanne).

Enfin, le "made in France" a clairement leurs faveurs. Et si leur spécificité résidait précisément en cela : la sobriété heureuse, une spécia­lité française ?



Source : Ipsos, Observatoire des modes de vie et de consommation, vague 2014.

Lire aussi les [Portraits Conso]


Rémy Oudghiri