Recherche

[Billet] Licorne

Publié par le | Mis à jour le
[Billet] Licorne

"Sens dessus dessous": la spécialiste du langage Jeanne Bordeau analyse le sens et le poids (marketing) des mots. Aujourd'hui la Licorne !

Animal mythique, la licorne est passée d'emblème d'univers oniriques à celui de start-up valorisées au delà du milliard de dollars. D'un rêve à l'autre?

De la "Licorne"... à la corne d'abondance !

La "licorne" qualifie une créature dotée d'une seule corne. On parle aussi "d'unicorne". Et "l'unicorne" ne redoute pas le Far West ! Aileen Lee, jeune américaine diplômée du MIT et d'Havard, fondatrice de Cow-Boys Ventures, a eu l'idée en 2013 de qualifier de "unicorn" des entreprises high-tech, installées sur le sol américain, dotées, avant même leur entrée en bourse, d'une valorisation de plus d'un milliard de dollars et âgées de moins de 10 ans ! Corne d'abondance pour investisseurs !

Et la "Licorne", pourquoi la Licorne ?

Aileen Lee dirige un fond d'investissement. A-t-elle choisi de s'emparer du mot "licorne" pour faire le buzz ? C'est plus vendeur d'évoquer les fleurons 3.0 avec une appellation magique ! L'experte avait hésité avec "home run". "Home run", un coup de maître au base-ball. Mais, visiblement, cela sonnait faux. Cela ne captait pas l'esprit entrepreneur. Idem pour une autre tentative, "Megahit". Là, il y avait un côté "Top 50" !

And the winner is...

"Licorne" s'impose. Dans ce nom, il y a une part de rêve, une volonté très start-up de créer ce que le monde n'a pas encore vu. En choisissant un mot mythique, Aileen Lee épouse l'époque. Snapchat, Uber, Blablacar, AirBnB, Pinterest, Dropbox, sont des "licornes". Si elles se contentent de parler "algorithmes", vont-elles