Recherche

Infographie 7 habitudes à piquer aux entreprises data driven

Publié par le

Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour faire de son entreprise une "data driven company" ? Thibaut Lemay, fondateur de Mazeberry, solution de maîtrise des coûts du marketing digital, livre les sept clés à assimiler pour bien exploiter la "smart" data.

  • Imprimer

Collecter les data, c'est bien. En tirer parti, c'est encore mieux. Avec la multiplication des canaux utilisés par les consommateurs - et des devices -, il devient toujours plus complexe pour les annonceurs de comprendre les parcours client. Voici les sept habitudes à emprunter aux entreprises data driven pour optimiser ses stratégies marketing.

1/ Commencer par définir des objectifs clairs et quantifiables

Sans surprise, avant de mettre en place une stratégie, il est indispensable d'identifier des objectifs primaires, secondaires et tertiaires. Ce qui vaut pour une entreprise classique vaut aussi pour une entreprise data driven. Des indicateurs clés de performance doivent aussi être définis.

2/ Collecter la donnée de manière impartiale

Prendre des décisions basées sur des données requiert d'avoir confiance en celles-ci. La bonne pratique consiste donc à construire une base de données "propre" - dans laquelle les datas obsolètes sont supprimées régulièrement.

3/ Structurer la donnée pour la rendre opérationnelle

Les annonceurs font face à une quantité de données en constante augmentation. Structurer cette masse d'informations - et ne pas passer à côté de celles qui sont fondamentales - devient ainsi de plus en plus difficile pour les entreprises. Pour rendre la donnée opérationnelle, il est primordial de la structurer, par la catégorisation de la donnée selon des problématiques métiers ou la visualisation des données, afin d'en vérifier les traitements, notamment.

4/ Analyser les données avec méthodologie

Les indicateurs de performance, seuls, doivent être considérés. Ces analyses méthodologiques permettent de créer un entonnoir de décision.

5/ Comprendre la data en se basant uniquement sur des faits

Les faits doivent être l'unique porte d'entrée de compréhension des données, à l'instar de la mesure des impressions utiles, des taux de visites et des clics utiles.

6/ Partager les données afin de créer une cohésion d'équipe

Le partage d'information, avec tous les collaborateurs et les acteurs concernés par les résultats des analyses de la data, pose les fondamentaux d'une cohésion d'équipe et d'une meilleure implication de celle-ci dans les projets marketing.

7/ Animer un plan d'action selon les spécificités métiers

Objectif de ce plan d'action adapté aux spécificités métiers : travailler des interactions personnalisées entre sa marque et ses consommateurs. DMP et CRM viennent en appui de la stratégie, afin de récolter un maximum de données online et offline, et de segmenter sa communication.

Un livre blanc dédié au data driven est édité par Mazeberry.