MENU
Recherche

Samsung, "architecte de la santé digitale"

Publié par le | Mis à jour le
Samsung, 'architecte de la santé digitale'

La marque sud-coréenne investit dans la santé. Son ambition : être un acteur clé dans la définition et dans l'organisation d'un nouveau parcours patient.

  • Imprimer

Samsung, professionnel de la santé ? La marque sud-coréenne, déjà leader dans le domaine du bien-être grâce aux objets connectés, ambitionne aujourd'hui de devenir rien de moins que "l'architecte de la santé digitale" en France, explique Carlos Jaime, directeur de la division santé et équipements médicaux de Samsung Electronics France. Et de prouver que le numérique - et les données - sont au coeur de la transformation de la santé, chiffres à l'appui. 50 % des Français font des recherches sur le Web avant de consulter un professionnel de la santé ; 100 000 habitants de l'Hexagone possèdent une application santé téléchargée ; 40 % des appareils électroniques portés au poignet sont des montres connectées.

Le positionnement de Samsung, loin d'un coup marketing pour répondre à l'une des préoccupations centrales des Français - la santé -, serait même inscrit dans son ADN. Propriétaire de 100 000 lits d'hôpitaux dans le monde, le groupe d'électronique - et ses trente-deux sociétés, de la maîtrise d'ouvrage à l'assurance vie - a commencé sa promenade de santé dès 1985, avec la construction d'hôpitaux. "En 1994, a ouvert le Samsung Medical Center en Corée du Sud, raconte Carlos Jaime. Dix ans plus tard, il est le premier établissement médical de santé du pays. Avec près de 2000 lits, cet hôpital génère sept fois moins d'administratif que la moyenne des hôpitaux français."

Car, telle est bien l'ambition poursuivie par la marque, en France : redéfinir un parcours patient (client ?) simple, et plus fluide, grâce à des solutions elles aussi simples, et peu coûteuses. "Nous souhaitons simplifier l'accès aux soins et le parcours patient, améliorer l'accueil la prise en charge, fluidifier la circulation et optimiser les coûts", précise le directeur de la division santé et équipements médicaux. Gain de temps, accélération de la circulation d'une information de qualité et plus grande sécurité lors de la prise en charge doivent être les maîtres mots du nouveau système de santé, prône "l'architecte". En toile de fond, se dessine la maîtrise du système de santé français.

L'innovation et la santé, inscrites dans l'ADN

À l'appui de cette politique d'e-santé, vient la démarche d'innovation du groupe, classé, en 2013, 3e plus innovant au monde par le Boston Consulting Group. Cette même année, Samsung a investi 14,6 milliards de dollars en R & D, soit 6,5 % de son chiffre d'affaires. Échographies mobiles et connectées, scanners mobiles, tablettes durcies et faciles à désinfecter, tables radiologiques connectées, Smartphones sécurisées, montres et TV connectées... font partie des produits proposés par Samsung pour améliorer la relation patient-professionnel de santé, avec ce maître-mot : la connectivité.

Ainsi, Samsung imagine des solutions connectées à chaque étape du parcours patient : avant, pendant et après son passage à l'hôpital. Objectifs : accès facile et partagé à son dossier (DPI) et gestion administrative simplifiée. Mais aussi, pour le patient, conseils personnalisés (même à distance) et déroulé des examens et des interventions à venir.

Cas pratique : Samsung en partenariat avec Aeglé a mis en place une solution de suivi en temps réel de l'activité opératoire grâce à l'implémentation d'écrans LCD au sein du service de chirurgie de l'hôpital Saint-Anne, à Paris. Cela permet aux praticiens d'optimiser le taux d'occupation des blocs par une meilleure réactivité.

"Notre objectif n'est pas de gagner de l'argent", annonce Carlos Jaime. Philanthropique, Samsung ? "L'élément clé est de développer de nouveaux usages, précise-t-il. Pour chaque usage et chaque environnement, nous mettons en oeuvre des solutions adaptées."

Rendez-vous le 19 mai 2015, date à laquelle sera officiellement présentée, sur le salon HIT, l'offre de santé connectée. Elle permettra de surveiller à distance et en temps réel les patients souffrant de pathologies identifiées ou symptomatiques, et nécessitant des relevés de mesures réguliers comme les personnes diabétiques ou souffrant d'hypertension.