MENU
Recherche

[MWC2016] L'adblocking, le sujet brûlant du marketing mobile

Publié par le | Mis à jour le
[MWC2016] L'adblocking, le sujet brûlant du marketing mobile

L'adblocking est LE sujet du moment. Une table-ronde du Mobile World Congress de Barcelone a ouvert les discussions entre annonceurs et prestataires de services pour trouver "la" solution au blocage des publicités. Éléments de réponse.

  • Imprimer

Le phénomène de l'adblocking, en pleine expansion, était au programme d'une conférence du Mobile World Congress de Barcelone, le 23 février, rassemblant annonceurs et sociétés de services sur Internet. L'enjeu : comment trouver le bon équilibre entre des offres pertinentes et bien ciblées et le sentiment d'intrusion vécu par les consommateurs. Selon James Hilton, Global CEO et fondateur de M&C Saatchi Mobile, l'adoption des adblockers a été massive en 2015 : au Royaume-Uni, leur utilisation aurait augmenté de 82 % ces douze derniers mois, tandis que 0,3 % des mobinautes auront installé un adblocker d'ici la fin de l'année 2016. Un chiffre qui devrait augmenter, après l'annonce, en septembre 2015 de la décision d'Apple d'intégrer un bloqueur de publicités dans le navigateur Safari IOS 9.

Nick Hugh, VP & GM Advertising EMEA de Yahoo le confirme : "L'adblocking est le sujet chaud du moment et nous devons reconnaître qu'il existe un problème." Google, par la voix de Benjamin Faes, MD Media & Platforms du géant américain abonde en ce sens : "Nous bloquons chaque jour près de deux millions de publicités invasives."

Quelles solutions ?

À chaque problème... une solution : quelle est-elle pour les annonceurs, dont les publicités sont bloquées, parfois à juste titre, par les consommateurs ? "Les marketers spécialistes du mobile ne font pas usage de tous les outils en leur possession pour engager les consommateurs, analyse James Hilton de Saatchi Mobile, agence de marketing mobile. La data doit être utilisée pour créer un contenu pertinent, qui donnera de la valeur à la publicité. L'emplacement publicitaire représente également un enjeu, avec le déploiement de native advertising." L'expert n'est pas avare de solutions et offre non moins de trois bonnes pratiques aux marketers, afin de passer outre le problème "adblockers" : moins de publicités, plus de qualité et un travail de test & learn sur les datas pour améliorer le contenu en continu.

Une bonne publicité est donc avant tout un bon contenu qui engage le consommateur, s'accordent à dire les experts. "La question n'est pas comment stopper les publicités, explique ainsi Allie Kline, CMO d'AOL, mais comment produire un contenu innovant, dont le message aurait été travaillé et qui produit un bénéfice consommateur."

"Pour résoudre cette tension entre les opportunités créées par le digital et l'expérience utilisateur, nous devons rester très proches des consommateurs, prône également Pete Blackshaw, VP Digital & Social Media de Nestlé, et trouver l'équilibre gagnant-gagnant. Pour cela, "les consommateurs, les producteurs de contenus et les publicitaires doivent travailler main dans la main", conclut Nick Hugh de Yahoo, dont la dernière étude souligne la capacité du native advertising à réduire l'adblocking, étant donné sa faible vulnérabilité aux logiciels de blocage publicitaire.

Revivez le Mobile World Congress

Véritable retour de salon, catalogue des temps forts, la webconférence " Mobile World Congress " mitonnée par Jérôme Stioui, président d'Accengage, et Stéphanie Moge-Masson, directrice des rédactions chez Editialis, vous permettra d'identifier, de comprendre et d'intégrer les grandes innovations M-Marketing d'aujourd'hui et de demain. Pour vous inscrire, rendez-vous ICI.