Recherche

[Interview] Leïla Turner, Fabernovel : " Nous développons une approche opérationnelle et technique, qui passe par une transformation des métiers "

Publié par le - mis à jour à
[Interview] Leïla Turner, Fabernovel : ' Nous développons une approche opérationnelle et technique, qui passe par une transformation des métiers '

Accompagner les annonceurs dans leur transformation numérique : c'est l'activité de l'agence française d'innovation Fabernovel. Créée il y a 10 ans, elle accélère son développement en acquérant Rebellion Lab et Lagencemedia. Rencontre avec sa directrice générale, Leïla Turner.

  • Imprimer

emarketing.fr : En matière de transformation digitale, où en est la prise de conscience des annonceurs ? Comment celle-ci a-t-elle évolué ?

Leïla Turner, directrice générale de Fabernovel Paris : S'il y a encore trois ans, beaucoup de comités de direction se montraient dubitatifs quant à l'ampleur de l'impact du numérique, le déni n'a plus cours et l'ensemble des entreprises a aujourd'hui pris conscience de l'urgence de se transformer. Le fait que 80% d'entre elles, selon une récente étude d'Accenture, disposent d'un Chief Digital Officer, est révélateur de cette évolution des mentalités.

L'évolution de la typologie de client de Fabernovel traduit ce tournant : si historiquement, nous accompagnions essentiellement les secteurs des médias, du retail et des transports, nous recevons désormais des appels entrants de l'ensemble des secteurs, y compris ceux qui se montraient les plus sceptiques via-à-vis du digital à l'instar de la banque-assurance ou encore du luxe.

La transformation digitale s'accélère. Quelles sont les attentes aujourd'hui des entreprises et comment y répondez-vous ?

En parallèle d'une vision macro et stratégique portée par la direction générale, la conception des produits et services de demain passe par une transformation des métiers. De fait, nous développons une approche opérationnelle en répondant à des problématiques techniques. La SNCF est un bon exemple de cette maturité dans l'appréhension du digital. Il ne s'agit plus seulement de réfléchir à la meilleure manière de communiquer auprès des voyageurs, mais aussi de " rentrer dans le dur " des sujets. Le dernier concours d'open-innovation que nous avons organisé il y a deux mois traitait ainsi de thématiques industrielles comme la maintenance des voies ferrées, l'utilisation des drones, etc.

Par ailleurs, la transformation numérique est un processus qui nécessite d'accompagner les entreprises dans le temps. Celles-ci doivent pouvoir s'adapter à des contextes qui peuvent changer très rapidement. Nous les aidons à créer une dynamique d'innovation permanente et à cultiver un écosystème fructueux. Notre incubateur basé à San Francisco au coeur de la Silicon Valley - ParisSoma - qui accueille quelque 80 start-up, joue ce rôle.

C'est d'ailleurs pour consolider notre offre et accompagner encore mieux les annonceurs dans cette économie de réseau que nous avons acquis Rebellion Lab et Lagencemedia.

Dans quelle mesure l'acquisition de Rebellion Lab et de l'agencemedia vous aident-elles à accompagner les annonceurs dans leur transformation digitale ?

Ces acquisitions vont permettre à Fabernovel de compléter son offre tout en renforçant sa couverture géographique et son champ d'expertise.

À la conception de produits et services web, nous ajoutons une brique essentielle dans la chaîne de valeur : leur optimisation via une exploitation marketing et publicitaire de la data. C'est l'activité de Lagencemedia : fondée en 2013 par deux ex-Googlers, elle compte parmi ses clients E. Leclerc, Pernod Ricard ou encore Bourjois et devrait dépasser le million d'euros de chiffre d'affaires en 2015. Leur expertise en matière de data marketing et d'automation va permettre à Fabernovel d'expérimenter de nouveaux modèles économiques.

Quant à l'intégration de Rebellion Lab, elle nous permet de nous renforcer sur la partie dite culturelle de notre offre. Nous partageons la conviction suivante : pour sensibiliser les dirigeants aux nouveaux modes de pensée et aux business models numériques, rien ne vaut l'immersion au sein d'écosystèmes dédiés. Basé à San Francisco, Rebellion Lab expose les comités exécutifs des grandes entreprises aux inventions, nouvelles pratiques et startups en organisant des programmes de formation et des voyages d'étude (" learning expéditions ") dans la Silicon Valley bien sûr, mais aussi dans d'autres écosystèmes reconnus pour leur dynamisme, en Asie ou encore en Israël. Plutôt que de nous retrouver en concurrence, nous avons choisi de nous allier : ensemble, nous détenons ainsi près de 90% du marché des " learning expéditions ".



Maud Vincent