MENU
Recherche

Eric Alix, un ingénieur "data driven" chez les marketers

Publié par le | Mis à jour le
Eric Alix, un ingénieur 'data driven' chez les marketers

Éric Alix, chief data officer de La Poste, développe le capital données du groupe. Mission : créer des services personnalisés.

  • Imprimer

Un homme-orchestre de la donnée. Éric Alix, ingénieur de formation, a enfilé depuis le mois de juin 2015 le costume de chief data officer (CDO) du groupe La Poste. Le quadragénaire, un ancien manager du "Big Data Lab" de l'opérateur Bouygues Telecom, donne ainsi la mesure de la transformation digitale de l'entreprise multimétier, avec douceur. "Je viens en support et en conseil aux différentes entités et aux branches du groupe, afin d'accélérer leurs initiatives liées à la donnée, confie-t-il. Je travaille en liaison avec le marketing, le juridique, les équipes techniques, sans jamais prendre la main sur leurs prérogatives."

Sa partition, l'expert la connaît sur le bout des doigts : développer le capital data du mastodonte... et aider les professionnels à en tirer parti, afin de construire une offre de services plus person­nalisée et moins onéreuse. "Dans le fourmillement des projets data de La Poste, explique Éric Alix, les attentes portent essentiellement sur l'amélioration de l'expérience client et sur ­l'optimisation de la logistique."

Combiner capital data et capital confiance

"La transformation prend du temps"

Au sein des services marketing, le défi est de taille. Insuffler la culture de la data passe par la remise en question des pratiques existantes. "Nous devons arrêter de coller un modèle préétabli sur l'idée que nous nous faisons d'un client, martèle le chief data officer. Pour être en cohérence avec les attentes des utilisateurs, et afin de leur rendre service, une personna­lisation à grande échelle est de mise et elle induit la collecte et ­l'analyse de toujours davantage de données." Une évidence ? "C'est en démontrant les résultats de projets "data driven" que nous pourrons convaincre les métiers", poursuit Éric Alix. Le CDO, arrivé sur une ­création de poste, n'est pas, pour autant, pessimiste : "C'est un sujet nouveau ; la transformation prend du temps."

Personnalisation des contenus des messages ou envoi de la bonne offre à la bonne ­personne et sur le bon média... Au sein du groupe La Poste, composé de plusieurs sociétés spécialisées dans le marketing direct - à l'instar de Cabestan, une plateforme de gestion de campagne marketing -, les initiatives big data se veulent avant tout concrètes et tournées vers l'opérationnel. "Nous essayons d'apporter de la valeur, par la donnée, aux demandes des différentes branches du groupe", dit-il. Avec, en tête, l'exigence de réussir à conjuguer le traitement de la donnée avec un capital de l'entreprise publique tout aussi précieux : la confiance. "Nous devons prendre des engagements forts vis-à-vis des consommateurs et leur expliquer les raisons et le retour qu'ils peuvent attendre d'une exploitation de leurs ­données, prône Éric Alix. Mais, également, ce qui est le corollaire de cette démarche : redonner aux personnes le contrôle de leurs données, protéger la donnée et rendre compte de son traitement."

Mini-bio

1994 : Ingénieur de l'École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie.

1996 : Consultant chez Orga Consultants.

2001 : Senior Manager diagnostic grands comptes d'Eurogroup.

2013 : Big data lab manager de Bouygues Telecom.

2015 : Chief data officer du groupe La Poste.