Recherche

DMA 2015: les tendances du salon, rebaptisé &THEN

Publié par le | Mis à jour le
DMA 2015: les tendances du salon, rebaptisé &THEN

Le mois prochain s'ouvre à Boston l'édition 2015 de la DMA, le grand RV international du marketing rebaptisé cette année &THEN. Présentation de la nouvelle formule, et de nos envoyés spéciaux de Camp de Bases qui, chaque jour, nous enverront un compte-rendu vidéo des moments forts de l'événement.

  • Imprimer

Rendez-vous très attendu du marketing, le salon organisé par la DMA (la Direct Marketing Association) change de formule, et de nom.

Rebaptisé &THEN, il se tiendra du 4 au 6 octobre prochain à Boston. Trois jours seulement cette année, en lieu de l'habituelle semaine, pour mieux répondre aux attentes des marketeurs. " La DMA souhaite gagner en valeur en ayant pris en compte que les marketeurs n'ont pas beaucoup de temps. C'est pour cela que le salon commence également un dimanche, afin de permettre aux gens de venir le week-end ", explique Cécile Delettré, qui accompagne chaque année la délégation " French Marketers ", constituée de membres de l'Adetem, du Cercle Marketing Direct et du SNCD, à faire le voyage.

Autre changement, un nouvel espace baptisé le Hub, dédié aux outils et aux expériences innovantes du digital. Mais toujours, le salon propose un foule de d'ateliers, de conférences, et des temps de networking pour s'informer sur toutes les nouveautés et tendances du data-driven marketing.

Quatre défis à relever

Interrogé sur cette édition 2015, Paul McDonough, vice-président de la DMA en charge des conférences et événements, met l'accent sur quatre tendances ou défis majeurs, qui seront largement analysés sur le salon:

  • L'émergence du consommateur data-driven : c'est un consommateur plus éduqué, mieux informé et à l'aise avec les datas. "La pression sur les marques est d'autant plus forte et elles doivent s'adresser à eux de manière très pertinente. "Data-driven" décrira bientôt la manière dont les consommateurs prennent les décisions les plus efficaces possibles dans tous les domaines de leur vie". Dans un environnement fortement concurrentiel, les marques qui rateront ce virage de communication intelligente seront éliminées par le consommateur!
  • Suivre le rythme des innovations. La DMA recommande aux marques d'adopter l'esprit start-up. "Avec les start-up à la pointe de l'innovation et du disruptif sur nos marchés comme dans l'ensemble de l'économie, le data-driven marketeur doit absolument implanter dans son entrerpise la mentalité start-up. Ce n'est pas un problème de taille ou d'organisation, mais bien la volonté d'instaurer une culture de l'innovation où les erreurs et les tests sont accueillis et protégés". À voir sur le salon, l'espace "Hot Zone", qui rassemblera une quinzaine de sociétés hyper-innovantes, mises en compétition devant un jury de professionnels.
  • L'émergence du marketing programmatique. Très technique, le programmatique rebute nombre d'annonceurs qui peinent à saisir le fonctionnement et les enjeux de cette" révolution" qui bouleverse la publicité digitale. Le salon organise le lundi matin une conférence entièrement dédiée à ce thème : "Tirer les bénéfices de la révolution du programmatique".
  • La sécurité des données. "Les marketeurs doivent se saisir de la sécurité de leurs données avant que quelqu'un d'autre ne le fasse à leur place!". C'est une question de confiance, mise à mal par les récents incidents de vols de données, voire de leur diffusion sur la place publique (44% des Américains pensent qu'une fuite de leurs données est probable dans le retail). C'est également un coût direct pour les entreprises, estimé à quelque 3.8 millions de dollars en 2014, en hausse de 23% par rapport à 2013.

Un compte-rendu vidéo quotidien

Comme l'an dernier, Muriel Glatin et Christophe Cousin, de l'agence marketing Camp de Bases, seront nos envoyés spéciaux sur le salon.

Chaque jour, nous diffuserons sur notre site leur compte-rendu d'environ trois minutes sur les mots, les chiffres et les personnes clés du moment.

Retrouvez-les, compte tenu du décalage horaire, dès le lundi 5 octobre.