Recherche
Se connecter

Les ambitions de Carrefour dans l'e-commerce

Publié par le | Mis à jour le
Les ambitions de Carrefour dans l'e-commerce

Une plateforme e-commerce unique, la moitié des magasins en points click&collect d'ici 2019, livraison express en une heure ou à domicile, Carrefour ambitionne de devenir d'ici 5 ans le leader du e-commerce alimentaire en France en investissant durant cette période 2,8 milliards d'euros.

  • Imprimer

"Carrefour est présent sur tous les canaux de distribution mais n'est pas omnicanal. Nous n'avons pas su évoluer avec nos clients et suivre leurs comportements d'achat notamment sur le digital", pointe Alexandre Bompard, p-dg du premier distributeur français qui a présenté ce mardi 23 janvier son plan de transformation "Carrefour 2022".

Le constat est sévère mais Carrefour affiche en effet une part dans l'e-commerce et notamment dans le drive minime, moins de 10% contre 50% pour Leclerc, leader en France. Pour renforcer son identité digitale, le Groupe, qui compte 8 sites e-commerce et 14 applications non reliés entre eux, lancera cette année un site unique Carrefour.fr qui regroupera l'ensemble de ses offres marchandes alimentaire et non alimentaire généralistes. Le site Ooshop va ainsi disparaître pour ne proposer qu'une seule marque digitale.

Un site unique qui sera déployé dans les 33 pays où le Groupe est présent. Pour réussir la transformation de son offre e-commerce, Carrefour a signé un partenariat avec Sapient, plateforme technologique, numérique et de consulting de Publicis.

La création d'un univers omnicanal de référence

"Nous devons créer un univers omnicanal de référence pour nos clients avec un parcours d'achat qui soit le même en ligne ou en magasin, souligne Alexandre Bompard. C'est une ambition indispensable pour notre succès futur. Nous devons interagir avec eux, partout où ils sont et à tout moment."

L'omnicanal est le point clé de la transition de Carrefour et le mobile sera au coeur de cette transformation.

Le Groupe investira 2,8 milliards d'euros sur cinq ans dans le digital (560 millions d'euros par an), soit six fois plus que les investissements actuellement consentis pour changer de dimension sur le numérique et l'omnicanal. Carrefour se fixe pour ambition de devenir le leader de l'e-commerce alimentaire d'ici à 2022, en réalisant un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros, soit une part de marché supérieure à 20%. Carrefour va s'appuyer sur son réseau physique pour offrir un service omnicanal étendu à ses clients notamment la livraison à domicile dans 26 villes.

Le distributeur annonce un partenariat avec Stuart, la start-up du dernier kilomètre dans la livraison rachetée l'an dernier par La Poste. La livraison express en 1H sera étendue dans 10 villes cette année -en plus des cinq villes actuelles (Paris et sa petite couronne, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Montpellier) Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Lille, Nancy, Nantes, Nice, Reims, Rennes et Strasbourg.

Cette année, 170 nouveaux Drive vont être ouverts dans l'Hexagone avec un renforcement des moyens logistiques (nouvel outil de préparation de commandes automatisé). La Poste et Carrefour lancent un nouveau service de livraison des courses à domicile à partir des Drive Carrefour (hypermarchés et supermarchés), testé courant 2018 dans deux villes pilotes. Et nouveauté, le click and collect sera déployé dans la moitié des points de vente Carrefour d'ici 2019.

Le premier distributeur français souhaite se structurer davantage autour de partenariats pour "bénéficier de l'expérience de start-up innovantes et de la puissance de leaders sectoriels", explique Alexandre Bompard, comme les accords signés récemment avec Fnac-Darty dans l'électronique grand public ou Showroomprivé pour les ventes privées en ligne. Et d'ici 2022, 50% des investissements marketing seront réalisés sur le digital.

Un rôle de premier plan dans l'e-commerce alimentaire en Chine

"La Chine nous offre des perspectives formidables", souligne Alexandre Bompard. Afin de jouer un rôle de premier plan dans l'e-commerce alimentaire en Chine, Carrefour a signé un partenariat avec l'e-marchand chinois Tencent. L'objectif est de combiner le savoir-faire de Carrefour dans le domaine de la distribution avec les compétences technologiques de Tencent dans le digital afin d'améliorer sa visibilité sur Internet, accroître son trafic en ligne et en magasin, le partage et l'exploitation des données, et développer de nouvelles initiatives de "smart retail".

Tencent étendra l'offre de services proposés sur ses plateformes et développera l'utilisation de ses solutions de paiement mobile Weixin Pay.

Un plan d'économie de 2 milliards d'euros

Enfin pour adapter son modèle et son organisation et devenir le "leader mondial de la transition alimentaire pour tous", le Groupe va engager un plan de réduction de coûts de 2 milliards d'euros dès 2020 avec une optimisation des achats marchands, une rationalisation des achats non-marchands, une réduction des coûts logistiques et des coûts de structure. Le Groupe projette également de sortir 273 magasins ex-DIA de son périmètre, un processus de recherche de repreneurs sera lancé point de vente par point de vente en cas d'absence de repreneurs, ces magasins seront fermés.

Carrefour a confirmé un plan de départs volontaires qui portera sur 2 400 personnes soit une personne sur 5 (le Groupe compte 10 500 collaborateurs).


Journaliste pour Ecommercemag.fr, Relationclientmag.fr et E-marketing.fr. Je suis en veille sur le retail, la consommation, mais pas que...

...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet