Recherche

[Fiche métier] Qu'est ce qu'un traffic manager ?

Publié par le | Mis à jour le
[Fiche métier] Qu'est ce qu'un traffic manager ?

Définition, missions, profil, salaire : faites le tour d'une profession marketing dans la rubrique des Fiches Métiers.

  • Imprimer

Le traffic manager, également appelé "responsable gestion du trafic", "spécialiste web analytics et acquisition de trafic", ou encore "responsable partenariats et management de trafic web", a pour mission de gérer l'ensemble du trafic sur un site web. Il a notamment la responsabilité de toutes les options permettant d'augmenter le trafic du site web et améliorer ainsi sa visibilité auprès des internautes. Il sera donc amené à intervenir dans des domaines comme le référencement naturel, les liens sponsorisés, les réseaux sociaux, les partenariats et affiliations ou encore les campagnes marketing par email.

La fourchette de salaire se situe entre 25 000 et 40 000 euros pour un jeune cadre et entre 40 000 et 60 000€ pour un cadre confirmé. Typiquement, les employeurs intéressés par ce profil sont les agences spécialisées dans le webmarketing et le référencement, les agences web, les agences de communication et de publicité, les régies publicitaires et les entreprises, petites ou grandes, souhaitant développer leur site web ou leur activité de e-commerce. Le traffic manager a souvent occupé un poste de référenceur ou de webmarketeur auparavant.

Descriptif du poste

Le traffic manager sera plutôt rattaché hiérarchiquement au directeur de pôle web au sein d'une agence, et à l'une des directions webmarketing, marketing ou e-commerce dans une entreprise. Il est amené à collaborer avec un certain nombre de services et personnes, comme le marketing, le community manager, le social media manager, les développeurs web, les responsables opérationnels ou encore le responsable du référencement.

Le traffic manager analyse et suit les statistiques de fréquentation du site. Il utilise des outils de reporting automatisé tels que Google Analytics pour analyser l'audience du site et construit des tableaux de bord grâce à des outils de datamining. L'analyse des informations disponibles sur ses concurrents lui permet également d'analyser leurs positionnements et leurs méthodes de référencement. L'objectif est de développer le trafic sur le site par la mise en oeuvre de campagnes de liens sponsorisés et d'e-mailings, et la création de partenariats avec d'autres acteurs du secteur.

Ces différents partenaires sont sélectionnés en fonction de critères et d'objectifs précis. Il peut s'agir de l'amélioration du positionnement du site grâce à des partenariats croisés, d'échanges avec des sites payants ou gratuits, de référencement de sites spécialisés dans un domaine particulier et s'adressant à un public plus ou moins large. L'analyse de l'indexation des pages et du référencement lui permet de mettre en place des stratégies d'utilisation de mots clés et des actions de référencement. La gestion de la publicité sur les moteurs de recherche, le référencement payant (SEM) et tout autre outil pouvant améliorer la visibilité du site sont également de son ressort. Le traffic manager a à sa disposition des outils variés sur le web pour arriver à ses fins : blogs, forums, comparateurs de prix...

Après avoir mis en oeuvre les différentes actions définies, le traffic manager va suivre et analyser les données provenant des différents outils utilisés afin d'en déterminer le retour sur investissement (ROI).

Le web évoluant très rapidement, le traffic manager assure une veille technologique et suit les changements dans le comportement des internautes. Il doit se tenir au courant des nouveautés, qu'il s'agisse de produits ou de services, mais également de l'évolution du positionnement de ses concurrents.

En fonction de la taille de la structure dans laquelle évolue le traffic manager, il pourra être amené à assurer également les fonctions de responsable du référencement ou de dataminer, de webmarketeur ou encore de community manager. Si la taille de l'entreprise est suffisante, il peut également être amené à superviser une équipe.

Le marché actuel connaît une pénurie de traffic manager. Ce métier peut donc être exercé au sein d'une entreprise ou bien en tant qu'activité de conseil indépendante (dans ce dernier cas, une partie du temps de travail sera consacré à des activités de gestion et de développement commercial). Auparavant, les fonctions de traffic manager et de référenceur étaient confondues. Devant l'essor des services sur le web, ces fonctions ont été séparées et sont désormais confiées à des équipes spécialisées différentes. Etant donné la vitesse à laquelle circulent les informations sur le web, la gestion du trafic sur un site est devenue un enjeu stratégique. La multiplication des flux d'informations et des contraintes qu'elle engendre pour le référencement des sites impliquera sans aucun doute une augmentation de la demande pour ce type de poste.

Profils recherchés

Les diplômes requis pour postuler à un emploi de traffic manager sont les formations supérieures de type Bac + 2 à bac + 5 en marketing, communication ou informatique, master en webmarketing ou encore master en sciences de l'information et de la communication (option webmarketing).

Ce type de poste n'existant que depuis peu de temps, il n'existe actuellement que peu de formations spécialisées dans ce domaine. Le traffic manager doit posséder de bonnes connaissances d'internet et des technologies récentes utilisées sur le web. La maîtrise des langages utilisés par les navigateurs et des algorithmes utilisés pour les moteurs de recherche est primordiale pour l'optimisation du référencement du site. Des connaissances juridiques, marketing et de l'économie numérique en général sont également très utiles. Le traffic manager doit également maîtriser les outils de référencement et de publicité, d'analyse des données et l'architecture des bases de données et des techniques de datamining.

La curiosité, une capacité à réagir rapidement et des facilités pour communiquer sont des qualités appréciées. La rigueur, le sens de la négociation et le goût du travail en équipe sont également indispensables.

Le traffic manager a ensuite la possibilité d'évoluer vers des postes de responsable du département webmarketing au sein d'une agence ou encore de responsable du marketing web.

La Rédaction

Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer ?

Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer ?

Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer ? Qu'est-ce qu'un Chief Happiness Officer ?

Définition, missions, profil, salaire : faites le tour d'une profession marketing dans la rubrique des Fiches Métiers.

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

Marketing direct : les ingrédients qui font recette

La recette d'une communication commerciale efficace nécessite plusieurs ingrédients de qualité : un fichier qualifié, un ciblage précis et des [...]