MENU
Recherche

Baromètre BtoB des directeurs marketing: en 2015, l'email domine toujours

Publié par le | Mis à jour le
Baromètre BtoB des directeurs marketing: en 2015, l'email domine toujours

Pour la quatrième année, le baromètre dresse l'état des lieux des pratiques et projets des décideurs marketing. Chiffres clés et analyse avec Laurent Azières, directeur associé d'Adelanto, à l'origine de cette étude.

Ce sont plus de 400 marketers qui ont répondu cette année à l'étude menée par l'agence marketing BtoB Adelanto, afin d'établir le quatrième Baromètre BtoB des directeurs marketing 2015(1). En répondant à une vingtaine de questions, ils se sont exprimés sur leurs expériences et leurs choix marketing en matière de média, online et offline (avec un focus sur l'emailing), de marketing automation, de budgets et d'investissements en 2015 et 2016.

Qui sont les cibles des marketers?

Sans grande surprise, les cibles prioritaires des décideurs marketing sont (plusieurs réponses possibles) les grands comptes (pour 66% des répondants), les PME-PMI (53%), les distributeurs-revendeurs (39%), et les TPE-artisans (28%), soit "une répartition stable et liée à la structure même du marketing BtoB", précise Laurent Azières, directeur associé d'Adelanto.

Les critères les plus utilisés pour le ciblage des campagnes marketing ? D'abord l'activité de l'entreprise visée, un critère déterminant pour 65% des répondants, puis, à égalité arrivent la localisation géographique, la fonction du contact dans l'entreprise et la nature du contact (client ou prospect), pour 45% des responsables marketing. Loin derrière arrive le chiffre d'affaires (24%), "sans doute parce que les chiffres diffusés ne sont pas très fiables", souligne Laurent Azières.

L'email, le plus utilisé et le plus rentable des médias

L'email reste le support n°1, tous médias confondus, des campagnes marketing : il est utilisé par 94% des responsables (voir tableau ci-dessous). Et les investissements dans ce domaine sont même en hausse pour 47% des répondants et stables pour 46%. Seuls 7% envisagent de baisser leurs investissements en matière