Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la stratégie
Chapitre V : Structure et stratégie organisationnelle

Fiche 08 : La structure matricielle

  • Retrouvez 10 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 12 août 2016
©

La boîte à outils de la stratégie

8 chapitres / 56 fiches

La structure matricielle organise l'entreprise par croisement de spécialisations. Elle permet à certains managers de combiner deux types de responsabilités : une responsabilité opérationnelle (exemple : un produit) et une responsabilité fonctionnelle ou géographique (exemple : un pays). Autres combinaisons possibles : Fonction & Produit, Technologie & Produit, Fonction & Projet... La structure matricielle bouscule la hiérarchie car chaque " manager matriciel " est supervisé par deux " directeurs matriciels ", ce qui peut créer des blocages et des conflits.

  • Imprimer

Une organisation transversale

Structure matricielle produit/pays

Pourquoi l'utiliser ?

Objectif

La structure matricielle est adaptée aux entreprises diversifiées qui souhaitent que les divisions collaborent davantage entre elles. Elle convient également aux entreprises internationalisées en facilitant une approche globale et une adaptation locale.

Contexte

Cette structure a connu un engouement dans les années 1970, pour être décriée ensuite, et réapparaître aujourd'hui, sous une forme limitée, adaptée à un environnement complexe.

Exemple : Boeing a été la 1re entreprise, il y a plus de 40 ans, à adopter une structure matricielle. Ses unités appartiennent à la fois à leur branche de spécialité (ailes, systèmes de guidage...) et à leur département de programme (par type d'avion : 727, 737, 757...).

Comment l'utiliser ?

Étapes

La structure matricielle a un fonctionnement complexe, à la fois pour les membres de l'équipe dirigeante et pour les managers concernés.

  • Les " directeurs matriciels " ont des responsabilités croisées, sur les mêmes sous-parties de l'organisation (une division produit ou géographique, ou une fonction). Responsables d'un centre de stratégie et de profit, ils doivent se coordonner entre eux pour définir des buts cohérents et éviter de fixer des objectifs incompatibles pour les " managers matriciels " qu'ils supervisent. Ils doivent être compétents, créatifs, diplomates et experts en négociation.
  • Les " managers matriciels " dépendent donc de deux supérieurs hiérarchiques et doivent parfois répondre à des demandes contradictoires. Ils sont considérés comme les managers les plus réactifs et les plus performants de l'entreprise.
  • Les autres managers et tous les collaborateurs de l'entreprise se retrouvent dans la partie plus classique du reste de l'organisation (structure fonctionnelle ou divisionnelle).

Méthodologie et conseils

Pour une entreprise organisée par fonctions et divisions, une organisation transversale combinant une double responsabilité.

La structure matricielle, qui accorde la même importance stratégique à plusieurs dimensions (2 ou plus) de l'organisation, est difficile à contrôler pour le dirigeant.

La tendance à la réunionnite, due à la recherche de consensus pour résoudre les problèmes, peut faire perdre un temps et une énergie considérables à beaucoup de directeurs et managers matriciels. Cette complexité dans le partage des tâches et des responsabilités doit être prise en compte, ainsi que la difficulté de contrôle des coûts et des profits.

Avantages

  • La diffusion des connaissances est favorisée et l'expérience peut être facilement partagée.
  • La flexibilité de la structure matricielle est grande, ce qui peut même permettre, en cas d'échec de fonctionnement, de revenir sans trop de difficultés à la structure antérieure.

Précautions à prendre

  • Les circuits de décision peuvent devenir très longs. Sans unité de commandement, il devient parfois difficile de trancher ou d'obtenir un compromis.
  • La remise en cause du principe de hiérarchie peut faire surgir de nombreux conflits entre managers.

Bertrand Giboin © Dunod