MENU
Recherche

Objets connectés : les Français prêts à foncer ?

Publié par le | Mis à jour le
Objets connectés : les Français prêts à foncer ?

La nouvelle étude Havas Media-CSA met en lumière l'intérêt des internautes français pour les objets connectés. Leurs craintes de voir leur vie privée mise à mal par des technologies sont encore mal comprises.

  • Imprimer

Les résultats d'une nouvelle étude Havas Médias-CSA (1) dévoilée ce matin montrent que la France est bien partie sur le chemin de l'IOT (Internet of Things). Non seulement plus de la moitié des internautes entre 15 et 49 ans savent ce qu'est un objet connecté, mais près d'un tiers serait prêt à s'équiper en montre, voiture et bracelet connectés. En général, les internautes vont même plus vite que les fabricants puisqu'ils croient déjà disponibles sur le marché des produits qui n'y figurent pas encore, comme la voiture ou le réfrigérateur.

Ces résultats sont d'autant plus encourageants pour les marques que l'étude a été réalisée en novembre dernier, soit avant les reportages sur les nouveautés présentées au CES de Las Vegas qui vient de fermer ses portes.

En tête du palmarès des objets les plus attrayants arrive la voiture, plébiscitée par 61 % des internautes interrogés, et ce aussi bien parmi les hommes que les femmes. Suivent dans le trio de tête : la montre (49 %), le réfrigérateur (48 %), puis les lunettes et le pèse-personne (38 %), le stylo (36 %), le bracelet (35 % - un chiffre plutôt bas si l'on considère que la montre est le plus connu des objets connectés déjà commercialisés), et les vêtements (32 %). Enfin, entre 28 et 19 % des internautes se disent intéressés par les chaussures (surtout les hommes !), les brosses à dents et la fourchette.

Mode d'emploi indispensable

Si l'utilité d'un objet connecté est bien comprise par la grande majorité des interrogés, il reste que 3 internautes sur 4 parmi les 15-49 ans pensent que l'inévitable partage de données qui en découle peut nuire à leur vie privée. Et cette crainte est d'autant plus forte que l'internaute est jeune : 83 % des 15-29 ans contre 75 % des 30-49 ans.

Autre obstacle possible au développement du marché : la "gadgetisation". En effet, 70 % des interrogés pensent que les objets connectés ne sont que des gadgets, et 45 % craignent qu'ils soient, en plus, trop compliqués à utiliser. Il est donc indispensable que les marques s'attachent à expliquer l'usage de leurs objets connectés. Elles pourront alors s'imposer sur un marché dont l'explosion est annoncée, surtout dans les domaines de la santé, des loisirs et de la personne.

(1) Méthodologie : étude sur l'Internet des objets réalisée du 8 au 12 novembre 2013 par l'institut CSA sur un échantillon en ligne de 634 personnes représentatives des internautes français entre 15 et 49 ans.

Marie J. Guillet