Recherche

Le soleil à tout prix ?

Publié par le | Mis à jour le
Le soleil à tout prix ?

En cette période de réservations estivales, quel est l'impact réel des innombrables promotions et autres "prix imbattables" sur les achats de vacances ?

  • Imprimer

En 2013, plus d'un Français sur deux (51%) est parti en vacances à l'hôtel, ou en club, en bénéficiant d'un prix promotionnel, selon l'étude menée ce printemps par l'institut Audirep pour le cabinet conseil Simon-Kucher (1). Même si ce pourcentage diminue avec les autres modes d'hébergements (41% pour le camping, 36% pour les chambres d'hôtes /gîtes et 28% pour les locations), il reste qu'au final, ce sont entre un quart et la moitié des estivants, partis au moins une semaine, qui se sont laissés séduire par des réductions de prix.

Attendre le meilleur prix

La multiplication des offres de dernière minute a pour effet majeur de retarder le moment de la réservation des séjours : un tiers des Français (32 %) déclare réserver plus tard qu'il y a 4 ou 5 ans, et près de la moitié de cette catégorie (43%) dit le faire en raison des promotions de veille de départ. Cela dit, d'autres facteurs sont invoqués comme cause de réservation tardive : incertitude quant à ses dates possibles de départ (30%) et à son budget disponible (29%).

Le règne de la confusion

Certes appréciées, puisque 42% des Français avouent ne réserver qu'en présence de promotions, ces dernières font quand même tourner la tête des clients qui ne savent plus à quel prix se vouer. Elles peuvent même s'avérer contre-productives. Non seulement 43% du panel déclare ne pas connaître le meilleur moment pour bénéficier du meilleur prix, mais plus d'un tiers des Français (37%) préférerait tout simplement qu'il y ait moins de promotions.

Un manque de visibilité

Face aux réservations de plus en plus proches de la date du départ, les professionnels du tourisme sont pris dans des vents contraires. D'un côté, ils manquent de visibilité sur leur taux de remplissage, de l'autre, ils réagissent en multipliant les offres pour être certains de maintenir leur niveau d'activité, des offres qui... retardent le moment de la réservation puisqu'attendues par les touristes : bref, un cercle vicieux s'est installé.

Remettre un peu d'ordre

En moins de cinq ans, les promotions sont devenues incontournables sur le marché du tourisme, et, comme le précise l'analyse du cabinet Simon-Kucher, les Français sont devenus "accros" aux prix imbattables. Mais pour les clients comme pour les professionnels, une offre plus claire, plus lisible et plus prévisible remettrait un peu d'ordre dans ces bouquets d'offres toutes plus alléchantes les unes que les autres. Quelques acteurs, comme le Club Med, semblent avoir compris le message et limitent leurs promotions, d'ailleurs peu compatibles avec leur montée en gamme (en prix comme en image). Autre sérieuse solution pour redonner une ligne plus sereine à l'horizon des vacances : les garanties de réservation "au meilleur prix".

(1) "Réservations de vacances d'été des Français, quel est l'impact des promotions?" Étude Audirep pour Simon-Kucher & Partners sur un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française de plus de 18 ans, panel Web interrogé en avril 2014.

Mim placée en redressement judiciaire

Mim placée en redressement judiciaire

Mim placée en redressement judiciaire

Les difficultés qui touchent le secteur de la mode à petit prix (fermeture de nombreux magasins du groupe Vivarte, notamment) perdurent. L'enseigne [...]

Les 10 idées marketing (7-11 nov.)

Les 10 idées marketing (7-11 nov.)

Les 10 idées marketing (7-11 nov.)

La rédaction a sélectionné pour vous 10 informations percutantes. Au menu cette semaine: des licornes font office de chauffeurs Uber pour Coca-Cola, [...]

Kiabi passe en mode Big data

Kiabi passe en mode Big data

Kiabi passe en mode Big data

Le pionnier français du prêt-à-porter à petits prix a été la première enseigne du secteur à initier, en 2016, un Big Data Challenge. Une expérience [...]

Objets connectés : les Français encore frileux

Objets connectés : les Français encore frileux

Objets connectés : les Français encore frileux

Les objets connectés semblent encore avoir du mal à convaincre les Français. Principaux problèmes ? Le prix, l'obsolescence des technologies [...]