MENU
Recherche

Le commerce de proximité, un relais de croissance pour la grande distribution

Publié par le - mis à jour à
Le commerce de proximité, un relais de croissance pour la grande distribution

La grande distribution travaille à "remettre le commerce de proximité au niveau de modernité et de service attendu par le consommateur du XXIème siècle" explique l'IRI. Voici pourquoi.

  • Imprimer

Question. Quel secteur d'activité représente quatre fois le chiffre d'affaires du Drive et fait jeu égal avec le Hard Discount? Les courses en lignes avec ses Houra.fr, Ooshop, et autres Auchan Direct? Perdu! Il s'agit du commerce de proximité. Ou si vous préférez de votre épicier de quartier. Enfin, encore ne parle-t-on pas ici des derniers petits épiciers indépendants -ces miraculés du petit commerce- mais des A2pas, U Express ou Carrefour Contact. Autant d'enseignes désormais synonymes de potentiels relais de croissance pour les réseaux de la grande distribution.

Un "univers" de 5349 magasins

Dans son dernier "white paper" "La proxi: un format du passé en format d'avenir", l'institut IRI dresse un tableau prometteur de ce secteur qui fut longtemps "le parent pauvre, la victime expiatoire des grands mouvements de la distribution française". L'institut a travaillé sur un "univers" de 5349 magasins représentant 24 enseignes. Un périmètre qui, faute de données disponibles, ne comprend toutefois pas (entre autres) des enseignes comme Adi, Lidl, CocciMarket, Vival ou Proxi.

Sur cet "univers" de 5349 magasins, le chiffre d'affaires Produits de Grande Consommation (PGC) annuel représente "près de 8,5 milliards d'euros". L'IRI établit une projection globale de 12,7 milliards d'euros pour l'ensemble du secteur. On comprend alors, comme le rappelle l'institut, que "les grands groupes de distribution aient rénové et restructuré leur parc, investi du temps mais aussi de l'argent pour remettre le commerce de proximité au niveau de modernité et de service attendu par le consommateur du XXIème siècle".

Les MDD en force

Un magasin de proximité propose en moyenne "un assortiment de 4000 références", note IRI, c'est-à-dire moitié moins que l'assortiment d'un petit Hypermarché (de 800 à 1000 mètres carrés) qui dispose en moyenne de 8000 références.

Autre caractéristique, les commerces de proximité ont une part d'offre Marque De Distributeur (MDD) particulièrement forte. "Avec 37,5% des produits proposés au consommateur, l'écart est de près de 10 points avec un grand Supermarché" souligne IRI. Pour l'insitut "il est vraisemblable que cette surexposition des MDD limite parfois le différentiel de prix perçu entre un magasin de proximité et un grand Supermarché." En clair: la présence massive de produits de Marque De Distributeurs contribue à donner au consommateur le sentiment qu'il ne dépense pas plus dans une supérette de quartier que dans un grand Supermarché.

Un circuit à travailler

Qui va "shopper" au commerce de proximité? "Loin de se limiter à une clientèle senior", ce segment rassemble aussi "une population composée d'adolescents et de jeunes adultes, venant se ravitailler pour leurs soirées" analyse l'IRI. Pour preuve, "l'importance du format proximité pour l'ensemble du marché du snacking avec dans le top 10, outre les sandwichs, les salades fraiches, les chips, et les jus de fruits frais. (...) Une clientèle urbaine et active". Le rêve de toute marque désireuse de tester de nouveaux produits.

"Ce format de magasins est particulièrement dynamique depuis deux ans" relève l'IRI, "et il reste encore du potentiel de croissance. (...) "C'est donc plus que jamais un circuit à travailler tant pour croître que pour nouer une relation privilégiée avec les shoppers", recommande l'institut.