MENU
Recherche

Salaires : le marketing sauvé par le digital et le CRM

Publié par le | Mis à jour le
personen vor geldscheinen
personen vor geldscheinen

Hausse des augmentations dans le marketing grâce au digital et au CRM. L'étude Maesina Marketing Search/Aon Hewitt met en exergue une digitalisation des métiers classiques mais aussi l'apparition des métiers traditionnels dans le digital et l'e-business.

Publication de la 33ème édition de l'étude salaires marketing ventes communication Maesina International Search réalisée en partenariat avec Aon Hewit (depuis plus de 20 ans) et surprise : les fonctions marketing vont bien, la communication encore plus ! Par rapport à l'édition précédente, l'étude met en exergue la forte hausse des fonctions marketing et communication, contrairement aux fonctions commerciales. L'analyse des rémunérations des 29 fonctions représentatives du marché en 2012 (*) donne une vision détaillée des salaires mais aussi des différents critères influençant le niveau de rémunération, une analyse des augmentations individuelles ... mais aussi une analyse comparée de cinq fonctions dans six pays d'Europe.

La moyenne des augmentations de la fonction marketing est de 4,8% vs 4,2% en 2010 pour le fixe mais 5,9% vs 4,9% pour la rémunération totale, une variation qui s'explique par une hausse significative du fixe et de la part de variable chez ces marketers. Les objectifs établis à fin 2010 ont été élevés car l'année 2011 s'annonçait favorable en poursuivant la tendance à fin 2010.

Les résultats ont généralement été en ligne avec les objectifs. Le niveau d'inflation pour 2012 vs 2011 (2,0%) laisse un gain de pouvoir d'achat de 3,9%. "Une des raisons de ces résultats en hausse vient des efforts des entreprises pour garder leurs cadres lorsque ces derniers fonctionnent bien, d'où l'importance de l'augmentation de la part variable", analyse Jean-Michel Azzi, président directeur général de Maesina International Search.

En 2012, 42% des marketers ont vu leur rémunération augmenter de 4% et plus contre 37% l'année dernière. A l'opposé 28% ont vu leur rémunération baisser contre 20% l'année dernière, un contraste fort entre les entreprises qui ont réussi et celles qui ont vu leurs résultats se dégrader et ne pouvoir offrir des rémunérations en